Archives pour la catégorie Culture Com’

FLASH INFO: un enseignant de l’UPEC arrêté

Par Corentin Balaine, Reda Bougataya, Loïc Durler, Camille Louradour | lundi 7 novembre 2016

Histoire tragique pour l’Université-Paris-Est-Créteil. Un enseignant vient d’être placé en garde à vue suite à un débordement lors d’une occupation sauvage de la Place de la République à Paris. L’enseignant, qui opère sous le pseudonyme de « El Casqueto » participait à la manifestation pour la révolution Colombienne en soutien aux FARC. Un certain « PEG » présent sur place (qui souhaite cependant garder l’anonymat) , nous a informé qu’il s’en était pris violemment aux forces de l’ordre en lançant des tacos. Dans la nuit du 6 au 7 Novembre le forcené a été appréhendé par la police nationale. Une vidéo d’une rare violence, mise en ligne sur la plate-forme Youtube est disponible depuis ce matin et totalise près de 100 000 vues en quelques heures (https://www.youtube.com/watch?nK3ov-okSZY). Nous conseillons aux plus jeunes et aux plus sensibles de ne pas regarder ces images. Une cellule psychologique a été mise en place.

"El Casqueto" lors d'une confrontation avec les forces de l'ordre (Paris, 6 novembre 2016). Source : AFP (tous droits réservés).

« El Casqueto » lors d’une confrontation avec les forces de l’ordre (Paris, 6 novembre 2016). Source : AFP (tous droits réservés).

Lire la suite

La dépolitisation de la presse : des apparences trompeuses ?

Par Culture Com' | jeudi 17 mars 2016

couv_3042.pngCompte rendu du dossier « Journalisme et dépolitisation », Savoir-Agir, numéro 28, juin 2014.

Par Théo Belloc, Hamza Bouali, Erwan David, Meidhy Galas

Le dossier du numéro 28 de la revue SavoirAgir – Journalisme et dépolitisation – contribue à expliquer les rapports entre le champ journalistique et le champ politique sous l’angle de la dépolitisation. La dépolitisation peut être définie comme « l’action de retirer tout caractère politique à quelque chose ou toute conscience politique à quelqu’un » selon le Larousse. Mais ce terme peut aussi être défini comme indifférence pour les enjeux a priori constitués comme politique. Il s’agit alors d’un phénomène généralisé touchant aussi bien les démocraties occidentales que d’autres régions du monde. Dans ce numéro de revue, les auteurs s’appliquent à analyser et à questionner l’évolution du traitement des faits sociaux par les journalistes, ainsi que la contribution des entreprises médiatiques à la dépolitisation des problèmes sociaux. C ‘est également le rapport et l’influence réciproque entre le champ médiatique et le champ politique qui est questionné sous l’angle de la dépolitisation. Ces deux champs répondent en effet à la même contrainte, celle de la « satisfaction du plus grand nombre ». Le dossier tire sa principale richesse des différentes acceptions du terme dépolitisation traité par les auteurs: certains vont l’étudier en prenant la définition que nous avons citée auparavant quand d’autres vont l’étudier en tant que soustraction à l’influence des idéologies. Comment expliquer la dépolitisation du journalisme ? Quels en sont les ressorts et les journalistes participent-ils d’une forme de dépolitisation ? Lire la suite

Les débats présidentiels : entre humour et ironie

Par Les enseignants | jeudi 21 janvier 2016

Humour et ironie_CairnLe dossier « Humour et ironie dans la campagne présidentielle de 2012 » tente au travers de quatre textes de comprendre le fonctionnement de l’ironie et de l’humour et leur rôle dans l’affrontement politique dans le cadre du débat présidentiel d’entre-deux-tours. Catherine Kerbrat-Orecchioni, Patrick Charaudeau, Anne-Marie Houdebine-Gravaud, Maria Dolores Vivero Garcia, Anna Jaubert et Damon Mayaffre essayent de répondre à ces interrogations en développant leurs analyses en fonction de leurs spécialités. Ce dossier repose sur le texte fondateur de Catherine Kerbrat-Orecchioni qui dresse une typologie exhaustive de l’humour et l’ironie et qui avait auparavant déjà effectué un travail de recherche sur le débat présidentiel de 2007. Par sa vision singulière de l’analyse de discours à mi-chemin entre l’analyse de conversation anglo-saxonne et la pragmatique, elle définit l’humour et l’ironie au sein d’un contexte : le débat présidentiel. C’est un travail interdisciplinaire qui réunit l’analyse de discours, l’approche argumentative de l’ethos, la sémiologie et la science politique. Le dossier se construit principalement autour d’un corpus spécifique : la retranscription du débat présidentiel de 2012 entre François Hollande et Nicolas Sarkozy. Le dossier nous éclaire en plusieurs points : il dresse une typologie de l’humour et de l’ironie, il nous montre l’utilisation de ces notions comme une arme en politique, et en montre les effets dans la représentation collective, pour présenter les limites de cette ironie, qui peut être à double tranchant.

Recension du dossier : « Humour et ironie dans la campagne présidentielle de 2012 », Langage et société, n°146, 2013.

Par Sabrina Weber-Gloaguen, Clémentine Palestro & Marc-Antoine Passot (M2)
Lire la suite

La Collaboration : les Archives au service de l’Histoire.

Par Vivien Chauffaille | jeudi 9 avril 2015

Sans titre1

Dans le cadre des commémorations du 70ème anniversaire de la Libération, les Archives Nationales ont proposé jusqu’au 2 mars dernier une exposition sur La Collaboration (1940-1945). Organisée autour de six thématiques, cette exposition retrace la vie hexagonale pendant le régime de Vichy, à partir de documents d’époque, vidéos, témoignages, messages radio et de panneaux historiques récapitulatifs. Lire la suite

Selma : Un combat qui se renouvelle ?

Par Gwladys Aurivel | jeudi 9 avril 2015

Capture d’écran 2015-04-09 à 10.17.52

« Faire du monde une seule et même fraternité, tel est le défi qu’il nous faut relever » Martin Luther King

 A l’affiche dans les salles depuis le 11 janvier 2015, Selma n’est pas seulement un film, ni seulement le nom d’une ville. C’est l’histoire véritable d’un combat, engagé par des milliers de personnes, de toutes confessions, de toutes nationalités, transcendant les différences entre Noirs et Blancs, pour se rassembler, pour lutter contre l’humiliation, les violences, l’inégalité que subissaient depuis des années les citoyens noirs de Selma. Bien que le droit de vote soit inscrit dans la constitution américaine, les faits étaient tout autres. Voter semble devenu un acte anodin, comme un droit acquis naturellement. Mais cela n’a pas été le cas pour tous. La communauté noire aux Etats-Unis a obtenu ce droit par des combats pour finalement acquérir, de haute lutte, ce qui lui revenait de droit. Et c’est notamment cette lutte que la réalisatrice Ava DuVernay a mis en avant dans ce film poignant. Loin du piège hollywoodien, la réalisatrice afro-américaine a décidé de mettre en lumière une des batailles du pasteur King, la moins connue du grand public. Lire la suite

Les commémorations de la Grande Guerre : un événement européen sans l’Europe ?

Par Clémentine Palestro | mercredi 28 janvier 2015

photo 1

L’année 2014 aura été celles des commémorations : le centenaire de la Première Guerre mondiale, les soixante-quinze ans du déclenchement de la Seconde, les soixante-dix ans du débarquement, les vingt-cinq ans de la Chute du Mur de Berlin… Autant d’événements-clés de ce « court XXe siècle » (E. Hobsbawm) qui a construit l’Europe d’aujourd’hui. Mais, curieusement, l’Union européenne est la grande absente de ces opérations de communication. Ainsi, malgré une volonté affirmée par les ex-pays de la Triple Entente, comme la France, la Belgique ou la Grande Bretagne, de commémorer les cent ans de la Grande Guerre, la Commission Européenne s’est trouvée dans l’impossibilité d’organiser un événement commun, plusieurs Etats refusant d’y participer. Des cicatrices mémorielles qui interrogent le projet européen dans un contexte d’émergence de l’euroscepticisme. Lire la suite