Rentrée 2016

Par Les enseignants | mardi 30 août 2016

La rentrée du Master « Communication politique et publique en France et en Europe » (2016-2017) aura lieu le mardi 20 septembre à 9h30.

  • Pour les étudiants du Master 1 : salle 421
  • Pour les étudiants du Master 2 : salle 401

Département de Communication politique et publique
Immeuble La Pyramide – 4ème étage
80, avenue du Général de Gaulle
94010 Créteil
Métro: Créteil L’Echat (ligne 8)

La fin du bipartisme à la sauce espagnole ?

Par Mathilde Armien et Thérèse Massamba (M1) | vendredi 24 juin 2016
Mariano Rajoy (PP), Pedro Sánchez (PSOE), Albert Rivera (Ciudadanos) et Pablo Iglesias (Unidos Podemos) lors du débat du 13 juin 2016.

Mariano Rajoy (PP), Pedro Sánchez (PSOE), Albert Rivera (Ciudadanos) et Pablo Iglesias (Unidos Podemos) lors du débat du 13 juin 2016.

« España tumba el bipartidismo y deja en el aire el gobierno », « Rajoy gana las elecciones con un Parlamento ingobernable », « Lío general »[1]. Au lendemain des élections générales du 20 décembre 2015, les journaux espagnols s’inquiètent de la fin du bipartisme et de la situation politique inédite de l’Espagne. Aucun des quatre grands partis espagnols – le Partido Popular (PP), le Partido Socialista Obrero Español (PSOE), Podemos et Ciudadanos – n’est parvenu à imposer une majorité. Cette élection pas comme les autres met fin au bipartisme traditionnel (PP/PSOE) et acte la montée de deux jeunes partis. Pour bien comprendre le caractère exceptionnel de cette conjoncture politique, il faut entrer dans les rouages de la monarchie parlementaire espagnole. Tous les quatre ans, les Espagnols sont invités à voter pour élire les membres des Cortes Generales. En Espagne, les Cortes Generales désignent un parlement bicaméral composé d’un Congrès de 350 députés (un député pour 100 000 habitants) et d’un Sénat d’environ 260 élus. En raison des disparités démographiques sur le territoire espagnol, la population élit les députés au scrutin proportionnel de liste par province du pays (Ceuta et Melilla ont un statut particulier de villes autonomes) et les sénateurs au scrutin majoritaire plurinominal par province. A la suite des élections du 20 décembre dernier, aucun parti n’a réussi à atteindre les 175 sièges nécessaires au Parlement pour former un gouvernement. Le PP a obtenu 122 sièges, le PSOE 91, Podemos 69 et Ciudadanos 40. Pendant des mois, les quatre partis ont essayé de trouver un accord, de négocier entre eux pour pouvoir former un gouvernement. En vain. Face à l’impossibilité de trouver une entente, le roi d’Espagne Felipe VI a dissolu le Parlement le 3 mai 2016 et a convoqué de nouvelles élections le 26 juin. Comment analyser la campagne électorale des quatre grands partis espagnols ? Lire la suite

Participation de la salle 421 aux L de la nuit

Par Agathe Bonamour | mercredi 11 mai 2016

En cette première année de master « Communication politique et publique en France et en Europe » à l’UPEC, nous avons eu l’occasion de débuter les ateliers d’écriture politique. Débattre au sujet de la politique est une de nos activités favorites mais apprendre à rédiger des discours a été un véritable exercice. Des plumes se sont révélées, des dons d’orateurs se sont dévoilés, et les imaginaires ont su s’exprimer. Des appels aux discours de réconciliation en passant par les discours de vœux, de mandats fictifs en mandats réels, l’ensemble de la promotion a pu s’exercer à l’écriture politique. Dans le cadre de cet atelier, Claire Oger, notre professeure, nous a encouragés à participer à un événement organisé par l’UPEC depuis 4 ans : les L de la nuit.

Remise des prix des "L de la nuit" (UPEC, Créteil, 14 avril 2016)

Remise des prix des « L de la nuit » aux étudiant.e.s du Master Communication politique et publique en France et en Europe (UPEC, Créteil, 14 avril 2016)

Lire la suite

La stratégie numérique, le cœur d’une campagne électorale

Par Les enseignants | dimanche 17 avril 2016
OVFjSm2q

Source : Numérama, 9 février 2016

Mercredi 9 mars, à 11h00, en cours de Communication politique numérique en Europe, nous accueillions une jeune stratège numérique de 28 ans, Eve Zuckerman. Diplômée de l’Université de Chicago, elle est actuellement en charge de la stratégie numérique pour Alain Juppé. Auparavant, cette Franco-américaine a travaillé avec les équipes de campagne de Barack Obama en 2012 et contribué à la réélection du Maire de Chicago, Emmanuel Rahm. En arrivant en France, elle était consultante à son propre compte et travaillait pour le député les Républicains, Frédéric Lefebvre. Par la suite, elle fit le choix de s’engager pour Alain Juppé, candidat à la primaire de la Droite de 2016 ainsi qu’à l’élection présidentielle de 2017. C’est par conviction avant tout qu’elle opta pour ce choix, il s’agit d’un « engagement militant » comme elle le souligne.

Par Auriane Calambe Lire la suite

#19mars : la salle 421 aux commandes des réseaux sociaux de l’Elysée

Par Rédaction M1 | mercredi 30 mars 2016

image3-1Samedi 19 Mars dernier, l’Elysée nous a confié son compte Twitter pour couvrir la journée nationale du souvenir Algérie-Maroc-Tunisie. La commémoration était placée sous le signe de la réconciliation. La “paix des mémoires” constituait l’enjeu principal de la cérémonie. Nos tweets devaient tenir compte de l’atmosphère particulière de la journée tout en apportant à l’Elysée les savoir-faire acquis dans la salle 421. Récit. Lire la suite

Les étudiants animent le compte @elysee

Par Les enseignants | samedi 19 mars 2016

Le 19 mars 2016, à l’occasion de la Journée nationale du Souvenir Algérie-Maroc-Tunisie, les comptes des réseaux sociaux de l’Elysée ont été confiés à quatre étudiants du Master 1 « Communication politique et publique ». Pierre Giambelluca, Marine Kerijaouen, Agathe Bonamour et Thomas Jaquemet ont ainsi la charge d’animer les Facebook, Twitter et Snapchat de la Présidence. Cette très belle expérience a été rendue possible par, au sein de la cellule communication de l’Elysée, Maxime Taillebois et Gaspard Gantzer. Qu’ils en soient vivement remerciés !

Au sein du département de communication, Pierre-Emmanuel Guigo a été l’initiateur d’une telle expérience qui a par ailleurs bénéficié des conseils avisés de Brigitte Sebbah et de la coordination efficace de Claire Oger.

Elysee