Archives pour la catégorie Comptes rendus critiques

« Nous ne faisons pas de politique » : une analyse des stratégies de dépolitisation à l’œuvre au sein des organisations internationales

Par Kristina Andreeva, Amadou Saikou Barry, Xavier Lavialle, Mamadou Bobo BA | mardi 17 juillet 2018

Compte rendu du dossier « La (dé)politisation des Organisations internationales », revue Critique Internationale, n° 76, juillet-septembre 2017

couverture du n° 76 de la revue Critique internationale

couverture du n° 76 de la revue Critique internationale

La hantise des guerres mondiales a conduit à la création d’organisations internationales (OI) censées traiter de façon dépassionnée des questions transcendant le cadre national. Toutefois, plus d’un demi-siècle après, de nombreuses voix s’élèvent pour critiquer ces organisations accusées de parti pris et de manque de neutralité sur certains dossiers. Bien entendu celles-ci, bien qu’évoluant sur un terrain éminemment politique, réfutent ces accusations et assurent régulièrement qu’elles ne font pas de politique. Un collectif d’enseignants-chercheurs spécialistes des relations internationales et de sociologie des organisations internationales s’est intéressé à cette problématique afin d’analyser le bien-fondé de la volonté affichée par les OI.

Lire la suite

La collaboration entre sciences sociales et sciences des données : un enjeu indispensable à l’étude du Web politique

Par Caroline Com, Julie El Mokrani Tomassone, Nicolas Faye et Raphaël Perrin | lundi 9 avril 2018
couverture du n° 204 de Réseaux (2017)

couverture du n° 204 de Réseaux (2017)

Le dossier consacré au « Web politique au prisme de la science des données », publié en 2017 dans la revue Réseaux est issu des journées d’études « Étudier le Web politique » organisées à Lyon les 12 et 13 mai 2015. Il se propose d’interroger l’influence réciproque de la science des données et des sciences sociales pour analyser le Web politique à l’heure du Big Data.

La revue Réseaux. Communication – Technologie – Société est connue pour s’intéresser à l’ensemble du champ de la communication et plus particulièrement aux télécommunications, aux médias de masse et à l’informatique. Ce numéro a été coordonné par Julien Boyadjian, Aurélie Olivesi et Julien Velcin (respectivement maître de conférences en science politique à Sciences Po Lille, maîtresse de conférences en SIC à l’université Lyon 1 et maître de conférences en informatique à l’université Lyon 2). Concrètement, les articles comme le sujet se situent entre la recherche en sciences humaines et les aspects techniques, entre analyse scientifique et réflexivité méthodologique.

Lire la suite

L’histoire – encore sensible – de l’humour sur les « Arabes » en France

Par Reda Bougataya, Emilia Davodeau, Marion Jaille, Sara Natij | lundi 26 mars 2018
couverture du n° 28 de la revue Le Temps des médias

couverture du n° 28 de la revue Le Temps des médias

Compte rendu critique du dossier « L’histoire d’un ‟Arabe” » paru dans Le Temps des médias, n° 28, 2017, sous la direction d’Isabelle Veyrat-Masson et Yvan Gastaut.

La revue Le Temps des Médias a consacré son numéro 28 aux représentations en France de la figure de l’« Arabe » dans les médias. Ce dossier intitulé « C’est l’histoire d’un Arabe… » et coordonné par Isabelle Veyrat-Masson et Yvan Gastaut, analyse, au travers de divers exemples, l’histoire de l’humour sur les Arabes du début de l’ère post-coloniale à nos jours.

Lire la suite

Web et nouveaux discours féministes, un développement intrinsèquement lié ?

Par Océane Zuba, Edwige Daniel, Khady Dieye et Rony Chahin | dimanche 18 mars 2018
argumentations féministes - IMAGE 1-small480

Mème féministe, auteur·e inconnu·e, premier partage sur http://humanracetohumanrights.tumblr.com

Compte rendu de lecture du dossier « Nouvelles argumentations féministes » de la revue Argumentations et analyse du discours, n° 18, 2017, sous la direction de Stéphanie Pahud et Marie-Anne Paveau.

Le dossier « Nouvelles argumentations féministes » proposé par Argumentation et analyse du discours, la revue du département français de l’université de Tel Aviv, met en lumière à travers six articles le lien étroit entre le web 2.0 et les pratiques discursives des féministes dites de quatrième génération.

Lire la suite

Un problème public sans public ? Les enjeux de l’antibiorésistance

Par Loïc Durler, Fanny Fournier, Camille Louradour et, Nicolas Léger | vendredi 2 février 2018
Crédit photo : Cheick Saikou

Crédit photo : Cheick Saikou

La revue semestrielle Questions de communication consacre en 2016 un numéro spécial sur la construction du problème public de « l’antibiorésistance », c’est-à-dire la capacité d’un micro-organisme à résister aux effets des antibiotiques. Cette revue universitaire met un point d’honneur à réunir des contributions pluridisciplinaires : différentes approches dans le domaine des sciences humaines et sociales se confrontent, se croisent et s’alimentent mutuellement, et font ainsi naître des débats. Dans ce numéro, les différentes collaborations s’articulent autour de l’antibiorésistance. Si l’expression a été popularisée au cours de ces dernières années, notamment à travers les médias, le phénomène scientifique reste méconnu du grand public. Pourquoi cet écart entre reconnaissance d’un danger par le monde scientifique et prise de conscience collective et publique ? Les auteurs reviennent sur ce phénomène, un problème en quête de publics. Lire la suite

Des « oiseaux de malheur » aux communicants de crise : communiquer la mauvaise nouvelle au fil des siècles

Par Pauline COURBÉ DUBOST, Yohann GARCIA, Clément LEBOURG, Léa PETIT | vendredi 26 janvier 2018

Compte rendu critique du vingt-cinquième numéro de la revue d’histoire politique Parlement[s] :

« Assassinat d’Henri IV et arrestation de Ravaillac, le 14 mai 1610 » de Charles-Gustave Housez (1858)

« Assassinat d’Henri IV et arrestation de Ravaillac, le 14 mai 1610 » de Charles-Gustave Housez (1858)

À l’occasion de son vingt-cinquième numéro, paru au premier trimestre de l’année 2017, la revue Parlement[s] consacre un important dossier aux « oiseaux de malheur », définis par Michel Cassan, coordinateur et directeur de ce numéro thématique comme des porteurs de mauvaises nouvelles. La mauvaise nouvelle étant « assimilable à un évènement ayant la capacité de bouleverser soudainement la psychologie collective de l’opinion », une même réalité peut néanmoins être inquiétante ou sinistre pour les uns et heureuse pour les autres… Les études de cas recueillies dans ce numéro visent à fournir un échantillon de l’information et de la « communication politique » – risquons l’anachronisme – diffusées par des autorités étatiques et urbaines, confrontées à une mauvaise nouvelle et à la nécessité de la transmettre à leurs administrés. Les articles s’attachent à analyser les attitudes des autorités devenues des « oiseaux de malheur » et à dégager d’éventuelles similitudes entre leurs initiatives, leurs gestes, leurs pratiques ainsi que les rituels au cours des siècles. Lire la suite