Archives mensuelles : janvier 2016

LES SCIENCES DU LANGAGE DANS L’ÉTUDE DES MOUVEMENTS CONTESTATAIRES

Par Les enseignants | vendredi 29 janvier 2016

ADAAROmniprésents, les mouvements de protestation occupent la scène publique dans le monde entier : « printemps arabe », manifestations à Hong Kong, tentes dressées dans les rues d’Israël, mouvement « Occupy Wall Street » aux États-Unis, mouvement « Femen » en Ukraine, manifestations pour et contre le mariage pour tous en France… Le numéro 14 de la revue Argumentation et Analyse du Discours (désormais AAD) propose pour la première fois de s’intéresser à l’action collective à travers les sciences de langage, et plus particulièrement l’analyse du discours. L’introduction d’Eithan Orkibi, « Les discours de l’action collective : contextes, dynamiques et traditions de recherche » expose la problématique qui constituera la trame d’analyse des articles de la revue. Il s’agit en effet, d’examiner la contribution que peuvent apporter les sciences de langage à l’étude des mouvements de protestation et de relancer une interrogation sur la parole protestataire qui soit propre à l’analyse du discours.

Compte-rendu de lecture : Les(s) discours de l’action collective, numéro 14 de la revue Argumentation et Analyse du Discours, 2015.

Par Brice Deseager, Valentin Bernard & Gwladys Aurivel (M2)
Lire la suite

Les débats présidentiels : entre humour et ironie

Par Les enseignants | jeudi 21 janvier 2016

Humour et ironie_CairnLe dossier « Humour et ironie dans la campagne présidentielle de 2012 » tente au travers de quatre textes de comprendre le fonctionnement de l’ironie et de l’humour et leur rôle dans l’affrontement politique dans le cadre du débat présidentiel d’entre-deux-tours. Catherine Kerbrat-Orecchioni, Patrick Charaudeau, Anne-Marie Houdebine-Gravaud, Maria Dolores Vivero Garcia, Anna Jaubert et Damon Mayaffre essayent de répondre à ces interrogations en développant leurs analyses en fonction de leurs spécialités. Ce dossier repose sur le texte fondateur de Catherine Kerbrat-Orecchioni qui dresse une typologie exhaustive de l’humour et l’ironie et qui avait auparavant déjà effectué un travail de recherche sur le débat présidentiel de 2007. Par sa vision singulière de l’analyse de discours à mi-chemin entre l’analyse de conversation anglo-saxonne et la pragmatique, elle définit l’humour et l’ironie au sein d’un contexte : le débat présidentiel. C’est un travail interdisciplinaire qui réunit l’analyse de discours, l’approche argumentative de l’ethos, la sémiologie et la science politique. Le dossier se construit principalement autour d’un corpus spécifique : la retranscription du débat présidentiel de 2012 entre François Hollande et Nicolas Sarkozy. Le dossier nous éclaire en plusieurs points : il dresse une typologie de l’humour et de l’ironie, il nous montre l’utilisation de ces notions comme une arme en politique, et en montre les effets dans la représentation collective, pour présenter les limites de cette ironie, qui peut être à double tranchant.

Recension du dossier : « Humour et ironie dans la campagne présidentielle de 2012 », Langage et société, n°146, 2013.

Par Sabrina Weber-Gloaguen, Clémentine Palestro & Marc-Antoine Passot (M2)
Lire la suite

La participation politique en ligne : renouvellement ou continuité de la participation citoyenne ?

Par Les enseignants | lundi 18 janvier 2016

couverture1La participation des citoyens aux négociations, à la décision et aux débats publics est l’une des transformations majeures des démocraties occidentales de ces dernières décennies. L’outil numérique s’est, par ailleurs, imposé comme vecteur d’ouverture de la démocratie représentative à la participation accrue des citoyens, au point de voir émerger une forme « d’impératif de participation » au sein de certains partis politiques. La question du rôle des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) dans le renouvellement des formes de démocratie et de participation citoyenne est, donc, un enjeu majeur dans le champ académique. Cette problématique est au cœur du numéro 8, paru en 2014, de la revue Participations qui s’intéresse aux pratiques de participation à travers le numérique. Co-dirigé par Stéphanie Wojcik et Laurence Monnoyer-Smith, ce numéro propose de sortir du cadre classique d’analyse des effets du numérique sur le politique, pour proposer une approche par l’appréhension des spécificités des nouvelles pratiques de participation en ligne face aux pratiques de participation traditionnelles. L’ensemble des auteurs contribuant au dossier placent, ainsi, leurs recherches dans le courant interdisciplinaire en sciences sociales proches des Science and Technology Studies (STS) apparues dans les années 1960.

Par Gauthier AUVERLO, Cédric MESINELE & Camelia PETER Lire la suite

MOBILISER POUR QUE RIEN NE CHANGE : UNE ANALYSE DES MOUVEMENTS CONSERVATEURS

Par Ludovic Audebrand, Valentin Baudena, Charles Mekri | jeudi 14 janvier 2016

POX_106_L204De novembre 2012 à octobre 2014, l’opposition au « Mariage pour Tous » a rassemblé ponctuellement des centaines de milliers de personnes dans les rues de Paris. Ce mouvement de grande ampleur a surpris un bon nombre des observateurs politiques, tant les journalistes que les politistes. C’est dans ce contexte que le comité éditorial de Politix, revue des sciences sociales du politique fondée en 1987 par des étudiants de Science politique de Paris 1, a décidé de consacrer son bulletin du deuxième trimestre de 2014 aux « mobilisations conservatrices ». Fidèle à la ligne éditoriale de Politix qui entend porter un regard nouveau sur la science politique par l’intermédiaire d’une ouverture à la sociologie et à l’histoire, ce dossier regroupe six articles universitaires proposant une approche pluridisciplinaire et des méthodes plurielles.

Compte-rendu du dossier « Mobilisations conservatrices », revue Politix, n°106, 2/2014

Lire la suite

WELCOME BACK, BAPTISTE !

Par Rédaction M1 | mardi 12 janvier 2016

Baptiste B. photo Irma2Lundi 7 décembre 2015, ambiance calme et détendue, mêlée à la fois d’impatience et de curiosité. Les community managers de la promo 2015/2016 sont déjà installés, prêt à « live tweeter » et à publier sur Facebook l’instant passé avec notre invité. Nous avons le plaisir de recevoir, dans notre salle 421, Baptiste Balezeau, ancien étudiant de la formation, aujourd’hui devenu collaborateur parlementaire auprès de la député de l’Aisne (PS), Vice-présidente de République Moderne (RM), et Vice-présidente de la commission des Lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République : Marie-Françoise Bechtel. Après avoir obtenu une Licence d’Histoire en 2012, à l’université de Franche-Comté et un Master 1 en Communication politique et publique à l’UPEC en 2013, Baptiste Balezeau obtient un Master 2 en Science politique à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et effectue un stage de six mois en 2014 en tant que chargé de mission au Commissariat général à l’investissement auprès de Louis Gallois. Depuis le mois de Juin 2014, il est collaborateur parlementaire de Marie-Françoise Bechtel.

Par Emeric FIARI Lire la suite