www.facho.eu : quand l’extrême droite européenne tisse sa toile

Publié le lundi - 9 novembre 2015

L’actuelle crise des réfugiés que connaît l’Europe a donné aux sites d’extrême droite l’occasion de faire fructifier leur expertise en matière de désinformation et de propagande. Images d’enfants morts présentés comme ayant été « noyés » par leurs propres parents[1], présentation d’un soldat syrien arrivé en Allemagne comme un guerrier de Daesh[2] : les exemples sont multiples et les techniques – déformation des faits, sources opaques, rhétorique du complot – bien connues. Si les mouvements et partis politiques d’extrême droite bénéficient de réseaux de soutiens militants sur le terrain, l’un des aspects les plus remarquables de leur présence publique réside dans les stratégies qu’ils déploient sur Internet. C’est notamment le cas sur les réseaux sociaux, devenus des outils précieux de création et de diffusion de leurs discours. Cette « fachosphère » se présente comme une constellation de divers sites animés par des groupes ou des individus d’extrême droite, pas nécessairement rattachés à des partis politiques. Le web, souvent présenté comme un facteur de démocratisation de l’espace public, constitue aussi un « formidable moteur » pour la diffusion des idées des néofascismes européens[3].

Mais les contours de la « fachosphère » sont particulièrement flous. Elle est structurée autour d’un noyau dur, composé des nombreux sites internet et des blogs qui affichent sans ambages leurs idées xénophobes, racistes et antisémites. Le site Fdesouche (pour  « Français de souche ») est même devenu une référence en la matière dans l’hexagone. Une des recettes de son succès : la place accordée à la participation des internautes. Ces derniers peuvent interagir, partager leurs expériences et leurs témoignages. Le résultat est édifiant : un lieu de défouloir désinhibé où se mêlent frustrations, peurs et haine de l’autre[4]. Souvent, ces sites sont en lien avec des mouvements identitaires bien identifiés. C’est le cas par exemple de Novopress, un site d’actualité fondé par Fabrice Robert (ancien élu FN et responsable du Bloc identitaire) qui se présente comme une « agence de presse française indépendante »[5]. Comment la « fachosphère » réussit-elle à s’organiser et à mobiliser sur la toile ? Quelles sont ses méthodes de diffusion ? Comment est-elle parvenue à professionnaliser sa communication ? Quelles relations entretiennent les partis d’extrême droite institutionnalisés avec ces réseaux plus souterrains ? Plongée dans les eaux troubles du néofascisme européen.


L’émergence d’une fachosphère organisée en Europe

Medias-presse.info, Novopress, Dreuze.info, 24heuresactu ou encore LesObservateurs.ch : ces sites font partie de la mouvance de l’extrême droite, même s’ils sont affiliés à des courants différents[6]. Un de leurs points communs est la dénonciation des médias dominants, qualifiés de « merdias » et considérés comme soumis au pouvoir politique en place. Empruntant un vocable de gauche, ils se présentent ainsi comme des outils d’information « alternatifs » et prétendent « dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas »[7]. Leurs rédacteurs sont obnubilés par les mêmes sujets, le plus souvent relatifs à l’islam et à l’immigration. Ils prônent une idéologie « antisystème » et « anti-élite ». Comme le souligne le journaliste Robin Cornet, « l’amalgame est au cœur de leur stratégie »[8].

Le raccourci est un procédé habituel dans la fachosphère : il s’agit de « créer des liens de causalité où il y a, au mieux, des corrélations (par exemple entre chômage et nombre d’étrangers, entre incertitude et vérité cachée etc.) »[9]. Internet est l’espace idéal pour ce genre de pratiques : grâce aux liens hypertextes, aux éléments d’infographie, il est facile de glisser d’une idée à l’autre sans contrôle possible sur la véracité des propos. De nombre courants xénophobes ont trouvé sur ces sites des moyens de se faire entendre et appris à maîtriser rhétorique journalistique du « scoop ».

Comment s’y retrouver dans cet ensemble hétéroclite de sites, blogs, forums et groupes de discussion ? Un journaliste de Mediapart a élaboré une cartographie de ces réseaux en France, à partir du recensement de 350 sites[10]. Ce chiffre laisse imaginer le nombre d’espaces en lignes dédiés aux discours d’extrême droite au niveau européen. Des liens se sont d’ailleurs tissés depuis longtemps entre les mouvements « identitaires » européens. Des réunions ont lieu régulièrement. C’est par exemple le cas à Milan, où se sont réunis le 20 décembre 2014 la Democracia nacional (Espagne), le Svenskarnas Parti (Suède), le British National Party, le NPD allemand, Aube dorée, ainsi qu’une délégation de l’Œuvre française. Ce congrès, organisé un mois après « le réveil des nations » du Groupe Union Défense (GUD) Paris à Nanterre, à la fin du mois de novembre 2014, témoigne d’une volonté de convergence entre groupes ultra-nationalistes européens[11].


Les techniques de « buzz » de l’extrême droite

Faire du bruit, faire le « buzz » : tel est l’objectif de nombre de groupuscules fascisants qui trouvent en internet un support idéal. Le chercheur britannique Chris Atton fournit plusieurs clés d’analyse pour comprendre les objectifs des articles publiés dans la fachosphère. Analyser en détail les textes eux-mêmes révèle ainsi l’importance de ce qu’il appelle des « idéologies liquides » : pour présenter leurs arguments, les rédacteurs des articles mettent en ligne des discours assez malléables, s’inspirant d’une diversité de sources plus ou moins fiables[12]. Dans une analyse d’un échantillon de 215 sites de la fachosphère, les chercheurs Gerstenfeld, Grant et Chiang montrent que 80,3% contiennent des liens externes. Il est dès lors très difficile d’établir la véracité des informations publiées[13].

Le cas de Fdesouche illustre bien cette analyse. Ce blog propose peu d’analyses. Il se contente de « poster » des informations qui sont ensuite commentées par les internautes. Fait remarquable : très peu d’informations proviennent de sources polémiques[14]. Bien que les articles soient orientés sur les sujets favorables aux idées de l’extrême droite, ces derniers proviennent le plus souvent de médias grands publics. Comme le montre le graphique ci-dessous, les principales sources des articles publiés sont des sites d’information français (45%) et des médias étrangers (15%). Le site cherche ainsi à transformer des fait divers quelconques en sujets politiquement clivants. Le titre est souvent accrocheur : « Moirans : voitures brûlées, route coupée, gare saccagée + mutinerie à la prison », « Calais : les CRS ont l’interdiction de patrouiller dans le secteur musulman du camp de migrants »[15]. L’auteur fait généralement preuve d’une hyper-objectivité de façade en relayant l’information d’un support respectable. Une fois le dispositif mis en place, il ne reste plus qu’à laisser l’internaute « juger par lui-même »[16].

  [17]

Le succès d’un tel site se mesure au nombre de commentaires associés à chaque publication. Ces commentaires témoignent, pour Laurent David Samama, d’une « immense somme de frustrations et de peurs »[18]. Bruno Larebière considère quant à lui que le blog Fdesouche servirait  de «  soupape de sécurité ». Il constate en effet que beaucoup de discussions ont lieu la nuit et servent surtout à tuer le temps, à chasser l’ennui. La rédaction de commentaires et la participation à des espaces de discussion constituent également des occasions de se « lâcher »[19]. On peut se demander si les internautes tiendraient les mêmes propos en-dehors de telles plateformes.

Une autre spécificité de ces sites tient à leur usage du support vidéo, particulièrement apprécié. La vidéo, comme la citation de sources de presse « légitimes », permet de donner un semblant d’objectivité au propos : les images ne se présentent pas comme des analyses subjectives des auteurs, mais comme des faits « réels » car observables. Le medium vidéo possède un pouvoir de persuasion qui lui est propre. Pour l’historien Marc Ferro, la vidéo constitue le « format idéal pour s’adonner à une contre-analyse de la société […] Elle [la caméra] dévoile le secret »[20]. Occultant tout le processus de production, de sélection et de circulation des contenus vidéos (qui n’ont rien de neutre), le lecteur est donc encore supposé se forger une opinion « par lui-même ».

Une des pierres angulaires de la rhétorique online de l’extrême droite est l’idée de complot et notamment celui d’un pouvoir conservé par une élite corrompue. Le complotisme permet de faire coup double : renforcer les rangs en cultivant la paranoïa collective au sein du microcosme militant, et séduire de nouveaux adeptes en pointant du doigt le jeu des connivences dans le cercle du pouvoir. La plupart des auteurs d’articles défendent ainsi une idéologie qui prône un affranchissement vis-à-vis des autorités en place[21]. Cette rhétorique est intéressée. Les sites proches de la mouvance d’Alain Soral, par exemple, cherchent à séduire un public jeune, crédule et influençable. Ils emploient à cet effet des mots clés (comme « génocide ») de manière à être bien référencés. Ils peuvent ainsi atteindre des jeunes pour qui ces sites se présentent comme des sources aussi légitimes que les médias « traditionnels ».


Luttes anti-hégémoniques et professionnalisation de la communication

Les techniques de diffusion virale utilisées par les sites de la fachosphère entraînent parfois des confusions fâcheuses sur des sites qui ne partagent pas forcément ces idées. Certains articles sont repris par des internautes sur Facebook et répandus sur le réseau sans que personne ne pense à vérifier la source. Parfois, ces reprises sont lourdes de conséquences. Ainsi, dans le cadre de l’enquête officielle sur la mort de Rémi Fraisse, militant écologiste opposant au barrage de Sivens (Tarn), l’inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN)[22] a appuyé son enquête sur des sources proches de l’extrême droite comme la chaîne « d’informations » TV Libertés[23].

Beaucoup de ces blogs et sites se présentent comme des alternatives aux médias conventionnels, accusés de « manipuler » le public, et prétendent contribuer à forger chez leurs lecteurs un « esprit critique ». C’est le cas notamment du British National Party (BNP)[24]. Un bref exemple de ce que l’on pourrait trouver sur le site internet du BNP : « le procès pour meurtre de Lee Rigby n’a pas une seule fois été mentionné dans les grands médias britanniques et cela prouve que le multi-culturalisme anti-blancs et l’immigration qui nous est imposée est une violence faite au peuple britannique. Aidez-nous à briser l’omerta des médias mainstream »[25] Cette citation extraite du site parti, fait référence au procès des deux islamistes radicaux qui avaient assassiné un soldat britannique en pleine rue en mai 2013. Encore une fois, les médias traditionnels sont pris à parti et accusés de ne pas relayer les informations qui « dérangent ». Le British National Party se place ainsi en détenteur de la vérité et encourage les citoyens à s’insurger et à répandre l’information. Il s’agit de fausses allégations, puisque le procès a fait la une des médias outre-manche, comme en témoignent un article de la BBC[26] ou un « live update » du Mirror[27].Ce discours critique permet d’engranger des profits symboliques en valorisant la dimension « participative » et « populaire » de ces espaces. Les chercheurs spécialisés dans l’étude des médias ont, jusqu’à présent, porté peu d’attention aux médias d’extrême droite en tant que médias « alternatifs » et radicaux[28]. Pour Nick Couldry, si les médias alternatifs reposent sur le dialogue et le contrôle de ressources symboliques, afin de rendre possible « l’échange de représentations de la réalité », les médias d’extrême droite sont tout le contraire : ils nient à certains la possibilité de partager leurs expériences en créant et en prolongeant une communauté exclusive. Toutefois, les médias d’extrême droite ont en commun avec les médias alternatifs qui entendent donner la voix aux sans voix dans une visée émancipatrice, un intérêt à « contester la concentration du pouvoir symbolique dans les institutions médiatiques »[29].

Le paradoxe est que les « contre-discours » de ces pseudo-médias alternatifs sont parfois adoptés par les médias « mainstream » et parviennent  se frayer un chemin dans la sphère publique dominante. Il convient dès lors d’examiner ces médias non seulement comme des véhicules de sous-cultures mineures mais également comme un défi posé au maintien de l’hégémonie du pouvoir en place[30].

La défiance entretenue à l’égard des médias traditionnels a fait de ce sujet un véritable marronnier de la fachosphère. La « soirée des bobards» organisée par le think thank identitaire Polémia vise ainsi à récompenser « les pires mensonges proférés par les médias au nom du politiquement correct ». Selon l’un de ses organisateurs, Jean-Yves Le Gallou, l’objectif est très clair : « implanter l’idée que l’on ne peut pas faire confiance aux médias ». D’après lui, en effet, « certaines évolutions, comme le mariage homosexuel, n’ont été possibles qu’avec leur soutien »[31].

Le sociologue Samuel Bouron a mené pendant un an une enquête en immersion au sein du Bloc identitaire pour en étudier la stratégie de communication. Une stratégie qu’il qualifie de « métapolitique » [32]: le but des militants est de se mélanger à la « masse », de s’intégrer dans les institutions républicaines qu’ils dénoncent pour changer le système « par le bas »[33]. D’après ses recherches, une grande attention est portée à la formation des  « Jeunes Identitaires » afin que le groupe soit perçu comme un acteur politique sérieux. Une fois accepté par les médias, il peut en effet jouir de la visibilité médiatique dont il a besoin. C’est ainsi que le groupe des Identitaires centre sa stratégie politique sur les médias : il organise ainsi des « actions symboliques » qui constituent des véritables « coups » de communication destinés presque exclusivement à être repris dans les médias. Cette stratégie de communication se fonde sur la volonté de construire une image de marque attrayante. Un autre exemple de stratégie « métapolitique » est donné par le groupe néofasciste italien CasaPound, qui encourage chacun de ses militants à développer ses activités sportives ou culturelles « de façon à tisser un réseau qui dépasse le seul espace politique »[34].

Bien qu’ils s’en défendent, les mouvements d’extrême droite sont étroitement en prise avec les logiques de la société du spectacle. Leurs déclarations et happenings militants sont calibrés pour répondre aux exigences de ce que les journalistes anglo-saxons appellent la newsworthiness, la valeur d’information des messages et des événements aux yeux des médias. Il est aujourd’hui difficile pour un mouvement social, quelque soit sa couleur politique, de ne pas tenir compte de l’impératif communicationnel. La sélection et la réalisation des instruments de captation de l’attention publique (médias audiovisuels, presse, sites internet, etc.) implique un travail de mobilisation spécifique. Comme le remarque le politiste Erik Neveu, la question rituelle, au terme d’une mobilisation, était autrefois :  « combien de manifestants? ». Aujourd’hui, la question est davantage : « combien de minutes sommes nous passes au JT? »[35] : L’enjeu du Bloc Identitaire, explique Samuel Bouron, est de présenter une façade professionnelle, de ne jamais passer pour des amateurs : ainsi, « les actions symboliques sont pensées comme des produits de communication à destination des journalistes »[36]. Lors des manifestations qu’ils organisent, ils ne manquent pas de maximiser leur chance de trouver un écho dans la presse. En Grèce, dans le contexte de crise politique et économique suivi attentivement dans toute l’Europe, les manifestations d’Aube dorée et des ses affluents parviennent ainsi à avoir un écho à l’échelle du continent tout entier, comme en témoigne la place qu’elles occupent par exemple dans les médias français[37].


Le lien entre la fachosphère et les partis traditionnels en Europe.

Les liens entre les partis politiques d’extrême droite les plus institutionnalisés et les acteurs plus souterrains de la « fachosphère » ne sont pas toujours évidents. Frédéric Haziza analyse l’influence des blogueurs et autres « intellectuels organiques » de ces courants. Selon lui, ils contribuent à capter un électorat bien spécifique. Par exemple, si les discours de Marine Le Pen touchent des gens prédisposés à adhérer aux idées du Front national, le discours d’Alain Soral sur son site Egalité et réconciliation permet au parti de capter un électorat plus large. Ce public est constitué d’électeurs potentiels peu, voire pas, politisés. En s’adressant à ce public différent, plus diversifié, les protagonistes de la fachosphère, qui partagent la plupart des idées des partis politiques d’extrême droite, contribuent tels des rabatteurs à l’expansion de leur base électorale voire militante.

En juin 2008, le blog Fdesouche organise ainsi la première « 100% French Pride » au cours de laquelle les convives sont invités à déguster des « cochonnailles » et autres « produits du terroir français »[38]. L’occasion pour Marine Le Pen, « lectrice du blog », de se faire un coup de pub à peu de frais. Si la présidente du FN refuse officiellement les alliances avec les courants « identitaires », elle ne se gène pas pour placer certains de leurs plus éminents représentants au sein de son parti. Arnaud Medu-Naudin, rédacteur en chef de Novopress a ainsi récemment été nommé assistant du groupe FN au Conseil général de Lorraine.

En Allemagne, le mouvement Pegida fournit un exemple emblématique de ce jeu de va-et-vient entre les partis d’extrême droite et des mouvements encore plus radicaux. Le Mouvement des « Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident » (qui donne l’acronyme Pegida), est né au mois d’octobre 2014 dans la ville de Dresde. Il lutte, entre autres choses, contre « l’immigration islamique en Allemagne », et organise chaque lundi soir une manifestation, dans différentes villes du pays. Réunissant 500 manifestants au départ, ses rassemblements ont rapidement atteint un niveau d’affluence – 25 000 personnes le 12 janvier 2015 – qui inquiète les autorités allemandes. L’homme à l’origine du mouvement, Lutz Bachmann, est un ancien braqueur condamné à trois ans et demi de prison dans les années 1990. Il a démissionné de la tête de Pegida à la fin du mois de janvier 2015 après la publication dans la presse d’une photo le montrant grimé en Adolf Hitler[39]. Cela ne l’a pas empêché d’être réélu à la tête du mouvement quelques semaines plus tard. Pegida se présente aujourd’hui comme une véritable « institution » capable de peser politiquement. Ainsi la candidate proposée par le mouvement obtient près de 10% des suffrages lors de l’élection municipale à Dresde en juin 2015[40]. Ce score a eu pour effet de donner au mouvement Pegida une « légitimité institutionnelle ». Un exemple qui n’est pas isolé en Europe.

Kaczynski, fondateur du PiS  polonais (Prawo i Sprawiedliwosc – en français Droit et justice) – un parti nationaliste conservateur qui a remporté les élections législatives le 25 octobre 2015 – utilise des pratiques comparables à celles des fractions les plus fascisantes de la fachosphère. A propos de la vague d’immigration récente en provenance du Moyen-Orient, il parle ainsi du « choléra qui sévit déjà sur les îles grecques» et accuse l’ancienne Première ministre d’avoir « signé un accord secret avec Bruxelles pour accueillir 100.000 musulmans »[41].

Si ces partis d’extrême droite se définissent volontiers comme les porte-paroles des « sans-grades », une analyse plus fine montre qu’ils utilisent des méthodes très proches  des élites qu’ils dénoncent sans cesse : « prenant appui sur les codes de la sociabilité mondaine (…) ces entrepreneurs en réaction assurent un mélange souvent imprévisible de références de droite et de gauche qui entretient toutes les confusions sans nuire, hélas, à l’efficacité »[42]. Par exemple, leurs leaders sont souvent issus de milieux privilégiés et, contrairement à une opinion répandue, ils mobilisent autant un électorat de cadres et de classes supérieures qu’un électorat ouvrier déçu de la gauche qui tend plutôt vers l’abstentionnisme. Ces éléments invitent à prendre avec beaucoup de prudence le qualificatif de « populiste » qui leur est souvent accolé[43]. Il n’en reste pas moins que l’apport et l’appui de la fachosphère, permettent à l’extrême droite européenne de « jouer un rôle social dont elle a longtemps été privée »[44].

La normalisation des discours des partis d’extrême droite dans l’espace public et l’augmentation de leur présence sur Internet se fait parallèlement au développement d’une subculture fascisante sur Internet[45]. Selon le philosophe Jürgen Habermas, le principe de publicité dans l’espace public bourgeois est né au XVIIe siècle d’une critique du pouvoir en place sous l’Ancien régime[46]. «  L’opinion publique » est posée en instance médiatrice entre l’Etat et la société civile. Aujourd’hui, la société civile s’exprime de plus en plus sur Internet où l’on voit se développer massivement les propos radicaux. Les sites de la fachosphère occupent ainsi des positions stratégiques au point de convergence entre l’espace public oppositionnel et l’espace public officiel[47]. Cette plongée au cœur de la fachosphère invite donc à une réflexion urgente sur la (re)montée du fascisme en Europe. Le terme de « fascisme » renvoie dans la conscience collective des démocraties occidentales à une période révolue de l’histoire. Le fascisme désigne en effet, à strictement parler, la doctrine élaborée en Italie par le mouvement politique de Benito Mussolini, fondé en 1919, devenu parti politique en 1921, au pouvoir entre1922 et 1943, et qui se caractérise par la toute puissance de l’Etat et l’exaltation du nationalisme. Le mot « fascisme » a été utilisé par extension pour qualifier le régime nazi en Allemagne (1933-1945) et plus largement toute doctrine visant à instaurer dans un pays un Etat d’exception (intervention de l’État dans l’économie, étatisation des appareils idéologiques, développement de l’appareil répressif dominé par la police politique, prépondérance de l’exécutif sur le législatif, etc.), comme le régime de Vichy en France (1940-1944) ou le régime franquiste en Espagne (1939-1977). Les succès électoraux actuels des partis d’extrême droite européens (Front National en France : 25% ; Parti Populaire au Danemark : 27% ; Parti Libre en Autriche : 20%, etc.)[48], couplés à la banalisation des propos racistes dans des partis dits « de gouvernement », interroge le rôle de cette sphère dans le retour du refoulé fasciste en Europe. Depuis les années 1990, l’extrême droite tente de se forger une double légitimité dans la société politique et dans la société civile pour devenir une force politique capable de prendre les rênes du pouvoir. Les groupes qui la constituent ont cimenté leur idéologie sur l’exaltation du nationalisme et la peur de l’immigration, trouvant une oreille attentive chez les personnes déçues des partis classiques et de politiques incapables d’enrayer la montée des inégalités sociales dont l’extrême droite sait si habilement se servir.


Par Léo Cogos, Manon Majesté, Youssara Id Chrife, Camille Dely et Alizé Etchegory


[1]
MOULLOT Pauline, « La fachosphère recycle une histoire de migrants qui menacent de noyer leurs bébés », Libération, 9 octobre 2015. URL : http://www.liberation.fr/desintox/2015/10/09/la-fachosphere-recycle-une-histoire-de-migrants-qui-menacent-de-noyer-leur-bebe_1399867 [consulté en ligne le 18 octobre 2015].

[2] LCI, « Quand l’extrême droite détourne l’information sur les réseaux sociaux », MyTF1News, 15 septembre 2015. URL : http://lci.tf1.fr/videos/2015/migrants-quand-l-extreme-droite-detourne-l-information-sur-les-8657168.html [consultée en ligne le 16 octobre 2015]

[3] PORTE (De la) Xavier, « Fachosphère et inconscient de l’extrême droite », France Culture, 16 septembre 2015. URL : http://www.franceculture.fr/blog-ceci-n-est-pas-un-blog-2013-09-16-fachosphere-et-insconcient-de-l-extreme-droite [consulté en ligne le 18 octobre 2015]

[4] SAMAMA Laurent David, « Les méthodes du site Fdesouche décryptées », La règle du jeu, juillet 2011. URL : http://laregledujeu.org/2011/07/16/6726/les-methodes-du-site-fdesouche-decryptees/ [consulté en ligne le 18 octobre 2015].

[5] https://fr.wikipedia.org/wiki/Novopress

[6] CORNET Robin, « Réfugiés : la guerre de l’info de la ‘fachosphère’ », RTFB Info, 10 septembre 2015. URL : http://www.rtbf.be/info/dossier/drames-de-la-migration-les-candidats-refugies-meurent-aux-portes-de-l-europe/detail_refugies-la-fachosphere-dans-une-guerre-de-l-info?id=9076152 [consulté en ligne le 18 octobre 2015].

[7] Voir à ce sujet l’analyse des stratégies idéologiques du courant d’Alain Soral : PIEILLER Evelyne, « Les embrouilles idéologiques de l’extrême-droite », Le Monde Diplomatique, octobre 2013. URL : http://www.monde-diplomatique.fr/2013/10/PIEILLER/49683 [consulté en ligne le 5 novembre 2015].

[8]CORNET Robin, « Réfugiés : la guerre de l’info de la ‘fachosphère’ », op.cit

[9] PORTE (De la) Xavier, « Fachosphère… », op. cit.

[10] CLAIROUIN Olivier, « Blogosphère d’extrême droite : cartographie des réseaux d’influence » Mediapart, 16 mai 2011. URL : http://blogs.mediapart.fr/edition/trans-europe-extremes/article/160511/blogosphere-d-extreme-droite-cartographie-des-rese [consulté en ligne le 21 octobre 2015]

[11] Gillin Béatrice, « Extrême droite en Europe : une analyse géopolitique », Hérodote, 144/1, 2012, p. 3-17.

[12] ATTON Chris, «Far right media on the internet : Culture, Discourse and Power», in An alternative Internet : radical Media, Politics and Creativity, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2004

[13] Gerstenfeld Phyllis B., Grant Diana R., Chiang Chau-Pu, « Hate Online: A Content Analysis of Extremist Internet Sites », Analyses of Social Issues and Public Policy, 3/1, 2003, p. 29-44.

[14] DOURCET David, GLAD Vincent, « Sortons Fdesouche du ghetto », Slate.fr, septembre 2011. URL : http://www.slate.fr/story/41935/fdesouche-extreme-droite-ghetto [consulté en ligne le 21 octobre 2015].

[15] Titres d’articles publiés en octobre 2015 sur le site.

[16] SAMAMA Laurent David, « Les méthodes du site Fdesouche décryptées », La règle du jeu, 16 juillet 2011. URL : http://laregledujeu.org/2011/07/16/6726/les-methodes-du-site-fdesouche-decryptees/ [consulté en ligne le 18 octobre 2015].

[17] DOURCET David, GLAD Vincent, « Sortons Fdesouche… », Op. Cit.

[18] SAMAMA Laurent David, « Les méthodes… », Op. cit.

[19] DOUCET David, «FN-Fdesouche : les liaisons heureuses», owni.fr, mai 2011 http://owni.fr/2011/05/16/fn-fdesouche-les-liaisons-heureuses/ [consulté en ligne le 21 octobre 2015].

[20] Ferro Marc, Cinéma et Histoire, Paris, Folio Edition, 1993.

[21] Fourest Caroline « Les enragés de l’identité » (documentaire), France 5, 2012.

[22] A la page 6 du rapport [PDF] le lien ne fonctionne pas, l’IGGN veut démontrer la « radicalisation progressive des opposants à la retenue d’eau [au barrage de Sivens] », et détaille la stratégie médiatique des activistes.

[23] PERROTIN David, « Sivens : la gendarmerie s’appuie sur la fachosphère », Rue89, 4 décembre 2014. URL : http://rue89.nouvelobs.com/2014/12/04/sivens-gendarmerie-sappuie-fachosphere-256392 [consulté en ligne le 21 octobre 2015].

[24]ATTON Chris, «Far right media on the internet…» op.cit.

[25] En anglais : “The Lee Rigby murder trial has not once been mentioned in our own mainstream news because it proves that the anti-white multiculturalism and immigration forced on us is a story of violence against the British people. Help us break the lamestream media blackout !” NON SIGNE « Break the MEDIA BLACKOUT », British National Party, le 24 novembre 2013. URL :

http://www.bnp.org.uk/news/national/urgent-break-media-blackout-0 [consulté en ligne le 06/11/2015].

[26] MAY Callum et PEEL Jane « Lee Rigby murder : Adebolajo and Adebowale jailed », BBC, le 26 février 2014. URL : http://www.bbc.com/news/uk-26357007 [consulté en ligne le 06/11/2015].

[27]  ROBSON Steve « Lee Rigby trial : live updates as Michael Adebowale and Michael Adebolajo sen-tenced for killing British soldier », The Mirror, le 26 février 2014. URL : http://www.mirror.co.uk/news/uk-news/lee-rigby-trial-live-updates-3184823 [consulté en ligne le 06/11/2015].

[28] Downing John D. H., with Villareal Ford T., Gil G. and Stein L., Radical Media: Rebellious Communication and Social Movements, London, Thousands Oaks and New Delhi, Sage publications, 2001.

[29]Cité in ATTON Chris, « Far Right Media on the Internet… », op. cit.

[30] Ibid.

[31]GROSS Estelle, LUSSATO Céline,  « Plongée dans la fachosphère», Le Nouvel Obs, 26 juillet 2011. URL : http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20110726.OBS7663/plongee-dans-la-fachosphere.html [consulté en ligne le 25 octobre 2015].

[32] BOURON Samuel, « Un militantisme à deux faces. Stratégie de communication et politique de formation des Jeunesses identitaires », Agone, 54, 2014,p. 45-72.

[33] Ibid.

[34] Ibid

[35]NEVEU Erik, « Médias et protestation collective », in Olivier Fillieule et al., Penser les mouvements sociaux, Paris, La Découverte « Recherches », 2010, p. 245-264.

[36] BOURON Samuel, « Un militantisme à deux faces… », op.cit.

[37] PRANDI Massimo, « Grèce : au cœur des manifestations place Syntagma, le doute », Les Echos, 1er juillet 2015. URL : http://www.lesechos.fr/01/07/2015/lesechos.fr/021178496693_grece—au-coeur-des-manifestations-place-syntagma–le-doute.htm [consulté en ligne le 3 novembre 2015]

[38] DE GRANVILLE Olivier, « La 1ère 100% French Pride », NationsPresse, 24 juin 2008. URL : http://www.nationspresse.info/non-classe/la-1ere-100-french-pride [consulté en ligne le 25 octobre 2015].

[39] WITHNALL Adam, « Germany’s Pegida chief Lutz Bachmann’ ‘poses as Hitler’ with the caption : ‘He’s back’ », The Independent, 21 janvier 2015. URL : http://www.independent.co.uk/news/world/europe/germanys-pegida-chief-lutz-bachmann-poses-as-hitler-with-the-caption-hes-back-9992387.html [consulté en ligne le 25 octobre 2015].

[40] Le Monde avec AFP, « Percée de Pegida lors des municipales à Dresde », Le Monde, 8 juin 2015. URL : http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/06/08/percee-de-pegida-lors-des-municipales-a-dresde_4649200_3214.html [consulté en ligne le 25 octobre 2015].

[41] DASTAKIAN Anne, « Le parti Droit et Justice (PiS), ou la Pologne anti-migrants », Marianne, 25 octobre 2015. URL :  http://www.marianne.net/parti-droit-justice-pis-pologne-anti-migrants-100237570.html [consulté en ligne le 29 octobre 2015].

[42] Revue Agone, « Les beaux-quartiers de l’extrême droite », 54, 2014.

[43] COLLOVALD Annie, Le « populisme du FN ». Un dangereux contresens, Paris, ed. du Croquant, coll. Savoir/agir, 2004.

[44] Revue Agone, « Les beaux-quartiers… », op. cit..

[45] ATTON Chris, « Far Right Media on the Internet… », op. cit.

[46] HABERMAS Jürgen, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise (1962), traduit de l’allemand par Marc B. de Launay, Paris, Payot, collection Critique de la politique, 1993.

[47] Negt Oskar, L’espace public oppositionnel, Paris, Payot, Critique de la politique, 2007.

[48] STANLEY Tim, « European fascism has returned? It never went away and it probably never will », The Telegraph, 28 mai 2014. URL : http://blogs.telegraph.co.uk/news/timstanley/100273640/european-fascism-has-returned-it-never-went-away-and-it-probably-never-will/ [consulté en ligne le 16 octobre 2015].