Les dazibaos, outils d’expression populaire ou relais de la propagande maoïste ?

Publié le jeudi - 21 décembre 2017

Dazibao, ce terme chinois que l’on peut traduire par « journal à grands caractères » désigne des affiches réalisées en Chine par les citoyens, parfois anonymement[1]. Ils constituent un moyen de communication populaire rapide et bon marché. Selon des récits de voyageurs[2], leur origine remonte au temps de la Chine impériale, sous le règne de l’empereur Tien-te, de la dynastie Qing, au pouvoir à partir de 1644. Les dazibaos permettent l’expression publique de désaccords vis-à-vis de la politique menée par les magistrats impériaux. Les passants se réunissent devant ces affiches pour les commenter. Après la période impériale, la pratique des dazibaos se marginalise. Il faut attendre l’arrivée de Mao Zedong au pouvoir en 1949 pour faire renaître cette vieille tradition populaire[3]. L’objectif déclaré était de favoriser des actions collectives en vue de combattre les injustices perpétrées par les autorités[4]. Le dazibao est ainsi conçu en Chine comme un outil visuel de dénonciation de faits sociaux et politiques, un outil de libre expression qui sert à relayer l’annonce de mouvements sociaux ou la diffusion d’idées nouvelles. Ils peuvent prendre la forme d’un simple texte, d’un article de journal, d’un divertissement satirique, d’une question, d’une information, d’un poème, d’un bon mot, ou encore d’un slogan. Ces affiches sont ensuite placardées partout où cela est possible dans l’espace public, dans des universités, des usines, des lieux de passage, des lieux d’exercice du pouvoir, pour être lues par le plus grand nombre. L’histoire des dazibaos permet ainsi d’interroger celle de la communication politique, souvent réduite aux seuls pays occidentaux[5]. Comment ce média, à l’origine conçu comme un outil de libre expression et de communication populaire, a pu devenir un outil de la propagande maoïste, favorisant le consensus interne autour du régime communiste, tout en renvoyant une image de liberté d’expression à l’étranger ?

Chinois réunis devant des dazibaos. Source : http://laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.fr/2012/09/chine-dazibao_19.

Chinois réunis devant des dazibaos.
Source : http://laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.fr/2012/09/chine-dazibao_19.

Le retour des dazibaos dans la Chine communiste

Le premier dazibao de la Chine contemporaine date du 17 mai 1957 et est publié à l’université de Pékin. L’auteur appelle à la création d’un « jardin démocratique ». Ce mode d’expression est ensuite repris par les Chinois et encouragé par le gouvernement dans le but de servir la révolution populaire[6]. Le retour des dazibaos dans l’espace public chinois est lié à un tournant de la politique de Mao connu sous le nom de « Révolution culturelle[7] » qu’il lance en 1966 (voir chronologie ci-après). Cette politique vise à s’appuyer sur le peuple en l’incitant à libérer sa parole au moyen des dazibaos, pour combattre les ennemis de Mao à la tête du pays. Cette politique vise aussi à remanier et purger la culture, en censurant tout film, livre ou bien culturel jugé critique envers le parti ou ne correspondant pas à l’idéologie communiste. Lors de la Révolution Culturelle de Mao Zedong, la prolifération des dazibaos crée un effet visuel très impressionnant : les murs de certaines villes comme Pékin en sont littéralement recouverts. La société communiste voulue par le régime maoïste se veut sans classes sociales et menée par le peuple, les ouvriers et la paysannerie. Les dazibaos constituent, de ce point de vue, un outil de communication populaire parfaitement adapté[8]. Le dazibao est un média qui doit favoriser l’enrichissement des idées par l’exposition du point de vue des autres, ainsi que des discussions et des réflexions collectives. Ces supports visuels sont conçus « par le peuple et pour le peuple », afin d’être compréhensibles et accessibles au plus grand nombre. Toutefois, ils deviennent rapidement très virulents à l’égard de l’ordre établi par le Parti Communiste Chinois, en particulier les classes supérieures et tous ceux perçus comme des ennemis de Mao et de la « dictature prolétaire ».

Pékin recouverte de dazibaos. Source : http://laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.fr/2012/09/chine-dazibao_19.html

Pékin recouverte de dazibaos. Source : http://laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.fr/2012/09/chine-dazibao_19.html

Un outil de communication adapté au régime

Les premiers dazibaos reprennent ce qui est énoncé dans la presse et les discours politiques : ils scandent par exemple les slogans du régime. Les informations relayées sont bien évidemment biaisées, voire fausses. C’est notamment le cas au moment du « Grand Bond en Avant », période de 1958 à 1961 durant laquelle l’Etat cache à la population les terribles famines qui ravagent les campagnes chinoises et occasionnent d’énormes pertes humaines[9]. Exaltées par le chef du Parti, les masses populaires communient dans leur dénonciation des bourgeois, des intellectuels, et des capitalistes qui « gangrènent » la société chinoise et l’empêche de s’élever. Le dazibao permet aux classes laborieuses chinoises de coopérer ensemble dans l’espoir de vaincre le capitalisme et l’individualisme, et d’imposer l’idéologie maoïste. Ce média est conçu par Mao comme un moyen d’élever la conscience des masses. Les foules de toutes origines sociales se réunissent en comités révolutionnaires pour fabriquer collectivement leurs dazibaos, à l’encre de Chine et au pinceau. Cette pratique doit permettre de consolider un sentiment de communauté. Les dazibaos, qui étaient au départ un outil non officiel d’initiative populaire permettant de s’exprimer dans l’espace public, d’inciter à l’action collective ou encore d’émettre des doléances, deviennent sous la Chine communiste un outil de propagande du régime, permettant de souder les masses en s’appuyant sur le « bourrage de crâne » et la désinformation menée par le gouvernement.

Ouvriers et étudiants élaborant leurs dazibaos. Source : http://laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.fr/2012/09/chine-dazibao_19.html

Ouvriers et étudiants élaborant leurs dazibaos. Source : http://laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.fr/2012/09/chine-dazibao_19.html

La reprise en main des dazibaos par le Parti : le mouvement des Cent Fleurs

Les dazibaos sont rapidement instrumentalisés et réutilisés comme outils partisans par le régime en place. Celui-ci, qui a déjà pris le contrôle de la presse et de la radio, exerce un contrôle étroit sur ce qui est dit dans l’espace public. En mai 1956, Mao lance le mouvement des « Cent Fleurs » où il appelle citoyens et intellectuels à s’exprimer librement au sujet de ce qui leur tient à cœur. Cette période d’ouverture de l’expression publique est de courte durée. Dès 1957, une campagne de répression est menée dans le but de pourchasser les opposants au régime. Dès lors, la liberté d’expression dans l’espace public devient illusoire, bien que le Parti cherche à renvoyer une image contraire aux Chinois. Mao Zedong abreuve la population de sa pensée et endoctrine les foules. Cette propagande martelée de manière insidieuse amène les citoyens chinois à exercer une forme d’autocensure.

La Révolution Culturelle et les Gardes Rouges

Jeunes gardes rouges lisant collectivement le Livre Rouge de Mao sous son portrait, un exemple du culte de la personnalité qui lui était rendu. Source : https://victoriaoprimidos.files.wordpress.com/2016/11/v1218.png

Jeunes gardes rouges lisant collectivement le Livre Rouge de Mao sous son portrait, un exemple du culte de la personnalité qui lui était rendu. Source : https://victoriaoprimidos.files.wordpress.com/2016/11/v1218.png

En 1966 commence la vraie campagne de dazibaos. Mao Zedong est alors menacé par des dissensions au sein de son parti. Devenu minoritaire avec ses partisans, il va imputer à ses ennemis politiques le caractère despotique du régime. En incitant le peuple à libérer sa parole au moyen des dazibaos, il initie et orchestre cette révolution, il incite à des actions collectives en désignant ses opposants comme responsables de tous les maux. La majorité de la population cautionne ses idées, empêchant l’expression de toute opposition au Grand Timonier. Les soutiens de Mao persécutent et pourchassent tous les supposés ennemis du maoïsme, qui occupent des postes hauts placés ou à responsabilité dans la société chinoise. Ce mouvement brise et réduit au silence les mouvements sociaux qu’il a engendrés, comme ce fut le cas du mouvement des Gardes Rouges. Cette jeunesse fanatisée et endoctrinée s’organise spontanément en factions suite à un dazibao publié à l’université de Pékin le 25 mai 1966, dont le contenu – qui appelle à se révolter contre les ennemis de Mao et à soutenir coûte que coûte sa pensée – sera officiellement approuvé par ce dernier le 1er juin 1966 et relayé massivement dans les journaux et à la radio.

Les dazibaos deviennent une « institution » nationale puisque Mao lui-même en rédige un le 5 août 1966 pour appeler à attaquer ses ennemis politiques. Ce mode d’expression et de communication est même enseigné à l’école. Épaulée en sous-main par le gouvernement, la jeunesse est par la suite envoyée en camp de rééducation ou dans des institutions punitives, après avoir semé la terreur de 1966 à 1968 en pourchassant impitoyablement tous les ennemis du maoïsme[10]. Après la Révolution Culturelle, le dazibao devient pur relai de la propagande du régime, sorte d’exercice critique ayant perdu tout caractère subversif. Le gouvernement cherche à renvoyer à son peuple et au monde une image de liberté d’expression totale au moyen des dazibaos, et les Chinois eux-mêmes sont convaincus de la prétendue liberté d’opinion et d’expression publique dont ils sont censés bénéficier. Devenu symbole de la liberté d’expression, le recours au dazibao devient un droit garanti par la Constitution chinoise en 1975. C’est cette vision enchantée de la Chine qui est exportée en Occident, provoquant un engouement de la jeunesse française de gauche pour le maoïsme, qui se procure alors le petit Livre Rouge.

Le Livre Rouge. Source : https://assets.catawiki.nl/assets/2016/2/20/d/a/8/da86ad1a-d7d6-11e5-995c-4847701f25ae.jpg

Le Livre Rouge. Source : https://assets.catawiki.nl/assets/2016/2/20/d/a/8/da86ad1a-d7d6-11e5-995c-4847701f25ae.jpg

Une image de liberté d’expression renvoyée au peuple et à l’étranger

Des affiches dans la veine des dazibaos (qui connaissent un succès mondial), voient le jour en France lorsque la Nouvelle Gauche[11] rompt avec l’URSS et s’emballe pour la Révolution Culturelle. Les dazibaos chinois sont pour la Nouvelle Gauche française un signe à la fois de la vigilance révolutionnaire du peuple chinois, mais aussi du caractère profondément démocratique du régime de Mao. Dans l’imaginaire de l’époque, paysans et travailleurs auraient spontanément réagi à l’oppression de la bourgeoisie, en amenant leurs craintes et leurs critiques sur la place publique, renforçant le pouvoir « révolutionnaire prolétarien » du président Mao. C’est ainsi qu’on voit apparaître certaines publications françaises, comme par exemple la revue toulousaine Le Contre-Journal, placardée en 1972. Dans la lignée des affiches et graffitis de Mai 68, ce journal mural est une sorte de dazibao, rempli d’illustrations satiriques, qui entend s’adresser sans intermédiaire au lecteur. Il dénonce les grands médias traditionnels, ainsi que les journaux militants jugés trop sages sous leurs dehors faussement révolutionnaires. Ce type de journal mural sert d’action directe et publique, de geste politique et de défouloir davantage que d’outil d’information.

Le Contre-Journal. Source : http://laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.fr/2012/09/chine-dazibao_19.html

Le Contre-Journal. Source : http://laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.fr/2012/09/chine-dazibao_19.html

A la mort de Mao Zedong en 1976, les dazibaos sont utilisés massivement en Chine contre le gouvernement de Deng Xiao Ping, son successeur, qui a fait réprimer dans le sang la même année, la célèbre manifestation étudiante pacifiste de la place Tien An Men[12]. En 1978, le gouvernement proclame que la manifestation de 1976 n’aurait pas dû être réprimée, certains des manifestants emprisonnés sont libérés, et, le jour suivant, un mur de brique de 200 mètres de long à l’ouest de la place Tien An Men devient le lieu de diffusion d’une nouvelle vague de dazibaos. Ces derniers critiquent de nombreux aspects de la vie chinoise contemporaine ainsi que de l’héritage de Mao. Il est rapidement connu sous le nom du « Mur de la démocratie » et attire de nombreux lecteurs qui se réunissent pour discuter et proclamer des discours en public. Certains de ces dazibaos, très longs, se composent de nombreux feuillets. Le plus célèbre d’entre eux, réalisé par Wei Jing-sheng, se nomme « l’appel à la démocratie ». Un autre dazibao très populaire est un poème constitué d’un seul caractère, qui condense en sa signification le sentiment d’enfermement que ressentait la jeunesse chinoise. Ces nouveaux dazibaos se répandent rapidement dans les villes de Chine et provoquent une avalanche de revues et de publications non officielles. L’intention de Deng Xiao Ping, en autorisant les dazibaos et le journal « libre » est proche de celle de Mao : essayer de déloger ses adversaires politiques. Quand la libre expression de l’opinion déborde des limites qu’il pensait avoir fixées, il fait supprimer de la Constitution en 1980 le droit aux dazibaos, de la même manière que Mao banni ses bataillons de Gardes Rouges une fois leur office terminé. L’histoire du dazibao constitue ainsi un bon révélateur de l’histoire de la lutte pour la liberté d’expression en Chine.

 Etudiants manifestant sur la place Tien An Men en 1976. Source : http://www.museodelestudiante.com/Fotografias/Tianamen1(I).jpg

Étudiants manifestant sur la place Tien An Men en 1976. Source : http://www.museodelestudiante.com/Fotografias/Tianamen1(I).jpg

L’expression dazibao est aujourd’hui employée dans le monde pour catégoriser des publications non officielles visant à divulguer les injustices flagrantes et des informations susceptibles d’éclairer l’opinion publique. La tradition du dazibao perdure, mais depuis 1989 les affiches n’ont plus la même portée qu’auparavant. Comme partout, l’heure est plutôt aux médias télévisuels en Chine. L’esprit subversif des dazibaos se réfugie à présent sur les blogs internet, très contrôlés et censurés[13], mais visibles depuis n’importe quel point du globe.

Manifestants Chinois brandissant des banderoles présentant leurs doléances, une des formes que peut prendre le dazibao. Source : http://laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.fr/2012/09/chine-dazibao_19.html

Manifestants Chinois brandissant des banderoles présentant leurs doléances, une des formes que peut prendre le dazibao. Source : http://laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.fr/2012/09/chine-dazibao_19.html

Mélissa Tacita, Fauz Tauk, Manon Tissier, Pierre Vendeix, et Lucie Verpraet (promotion 2017-2018)


[1] http://laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.fr/2012/09/chine-dazibao_19.html

[2] Père Evariste HUC (1813-1860), L’Empire chinois, Omnibus, Paris, 2001 (d’après la version originale de 1854).

[3] JUSTE Renaud, Mao Zedong : Fondateur de la République populaire de Chine, Grandes Personnalités, 50minutes.fr, Paris, 2017.

[4] DOWNING John, Radical media. Rebellious Communication and Social Movements, Sage Publications Inc, Angleterre, 2001.

[5] ALDRIN Philippe, HUBE Nicolas, Introduction à la communication politique, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, 2017.

[6] GUILLERMAZ Jacques, Le parti communiste chinois au pouvoir 1949-1979, Payot, Paris, 2004, ROUX Alain, La Chine contemporaine 6ème édition, Cursus, Armand Colin, Paris, 2015.

[7] MAC FARQUHAR Roderick et SCHOENHALS Michael, La dernière révolution de Mao : Histoire de la Révolution Culturelle, 1966-1976, NRF Essais, Gallimard, Paris, 2009.

[8] ZACCARIA Diego, L’affiche, paroles publiques, Textuel, Paris, 2008.

[9] YANG Jisheng, Stèles. La Grande Famine en Chine (1958-1961), Le Seuil, Paris, 2012.

[10] ZHENG Yi, Stèles rouges : du totalitarisme au cannibalisme, Bleu de Chine, Paris, 1999.

[11] Nouvelle Gauche ou New Left est le nom donné à l’ensemble de nouveaux mouvements de gauche et extrême gauche durant les années 1960 et 1970 aux Etats-Unis et en Europe. Ces mouvements, au départ intellectuels, critiquent les mouvements de gauche issus du syndicalisme ouvrier et adoptent une nouvelle définition du militantisme politique et de la critique sociale. Un exemple des effets de la Nouvelle Gauche sont les manifestations de Mai 68 en France.

[12] GLOGOWSKI Inès, Les manifestations de la place Tian’an men : Un mouvement pacifique réprimé dans la violence, 50minutes, Paris, 2015.

[13] COLOMB Dominique, « La relation équivoque de la Chine avec Internet », dans La mondialisation des médias contre la censure. Tiers-Monde et audiovisuel sans frontières, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, « Médias-Recherches », 2002, p. 279-294.