François Fillon et la doxa libérale : l’appel à « libérer l’économie »

Publié le mardi - 23 mai 2017

François Fillon, candidat à la Présidentielle de 2017 pour représenter le parti politique de droite Les Républicains, s’est positionné sur le terrain électoral libéral-conservateur. Ce positionnement s’ancre dans un contexte politique particulièrement incertain et tendu, marqué notamment par des démarches populistes et par des intentions de vote favorables à l’extrême droite. Mais, au-delà des commentaires d’actualité et des analyses de la conjoncture politique, la campagne électorale pour les présidentielle de 2017 est aussi l’occasion, comme d’autres, d’étudier les soubassements idéologiques implicites des programmes des candidats.

Site web de François Fillon, candidat Les Républicains aux élections présidentielles, www.fillon2017.fr

Site web de François Fillon, candidat Les Républicains aux élections présidentielles, www.fillon2017.fr

Demandez le programme : « La libération de l’économie »

Dans le cas présent, notre attention est attirée par une formulation du programme de François Fillon. La principale priorité énoncée dans le programme du candidat Les Républicains est « La libération de l’économie ». Ainsi, il est présupposé, c’est-à-dire donné à voir comme allant de soi, que l’économie serait captive. Les propositions politiques sont souvent très nourries par le phénomène de présupposition, et tout particulièrement dans les tracts, les programmes et professions de foi des candidats aux élections présidentielles et plus généralement dans l’ensemble des élections. Il va s’agir, par exemple, de donner comme admis l’existence de « classes » sociales, quand Lutte Ouvrière annonce qu’elle entend réunir des forces contre « l’exploitation de la classe ouvrière »[1]. Ou encore, quand Jean-Luc Mélenchon affirme dans sa profession de foi de 2017, « Nous devons […] stopper la toute-puissance de la finance »[2], il renvoie automatiquement à une thèse, chère au cadrage idéologique de la France Insoumise, selon laquelle la finance exerce un pouvoir sans limite. Ici, quand le candidat de Les Républicains appelle à la « libération de l’économie », il renvoie à une doxa caractéristique de la pensée libérale dans les sociétés occidentales contemporaines. C’est ce que nous nous employons à détailler et à contextualiser dans les lignes qui suivent.

L’évidence du discours libéral : une absence de débat public

L’utilisation d’un présupposé dans le domaine économique est une illustration de l’acceptation du discours néolibéral par bon nombre d’acteurs s’exprimant dans le débat public. Le traitement médiatique, selon Thierry Guilbert[3], aurait conduit à imposer l’économie libérale comme la référence en matière économique, et notamment à cause d’une absence de débat démocratique concernant la thématique économique. Le présupposé selon lequel l’économie serait captive est entretenu par deux facteurs, selon cet auteur. Le premier tiendrait dans la responsabilité des éditorialistes qui, en nommant des événements, auraient alors présenté des faits à travers leur propre vision du monde. La généralisation de formules toutes faites par ces éditorialistes aurait conduit à neutraliser les discours médiatiques du fait d’une utilisation croissante et répétitive. Le prisme de présentation des événements, prisme néolibéral, se serait d’abord installé par ce fait. Mais, plus encore, l’auteur considère que les éditorialistes et les journalistes contribuent à imposer cette doxa en présentant leur opinion personnelle comme étant partagée par la collectivité. Pour l’auteur, « l’objectif est bien de modifier les opinions individuelles et d’imposer une certaine vision du monde sans aucun débat démocratique ».

Bâtir un ethos de présidentiable : se donner à voir comme un héros briseur de chaîne

L’appel à « la libération de l’économie » est également une manœuvre habile de François Fillon pour se forger un ethos présidentiel, lui qui a souvent été décrié comme n’apparaissant que comme un « éternel Premier ministre ». Présupposer que l’économie est captive fait apparaître un clivage net entre ce qui serait – la captivité –, et ce qui devrait être – la liberté. Il faut ici faire référence à la théorie de la dysphorie narrative mise en lumière par Jean-Marie Floch[4]. Pour cet auteur, « la sémiotique narrative va distinguer deux relations fondamentales, et par suite quatre actants de la narration : la première, la relation Sujet / Objet, est une relation de visée, de quête, elle crée la tension nécessaire à l’enclenchement du récit ». Par exemple, dans le conte traditionnel, le prince peut être constitué en sujet de récit qui cherche à atteindre cet objet de la quête qu’est la princesse, passant alors de la dysphorie (disjonction) à l’euphorie (conjonction). Ici, l’utilisation d’une présupposition concernant la captivité de l’économie place François Fillon en sujet, et la libération de l’économie en objet de quête. L’utilisation de ce cadre d’analyse sémiotique fait de François Fillon le personnage principal, et notamment le personnage central de la Droite Républicaine. Cette position de sujet dans une relation de visée (de quête) contribue à modifier son ethos. Ce candidat passe alors de responsable politique « de second plan » à « responsable politique de premier ordre ». Cette mise en lumière de François Fillon comme personnage central du parti Les Républicains tend ainsi, de manière discursive, à forger un ethos présidentiel. La mise en avant d’un nouvel ethos pour François Fillon permet de justifier doublement sa candidature : il remettra l’économie dans la situation dans laquelle elle devrait être, et il peut désormais être vu comme un potentiel leader.

La doxa sur « l’économie entravée » : un marqueur idéologique propre au discours néolibéral

Les formulations, en politique, sont toujours porteuses de sens. Quand on en analyse les présupposés, ces formulations s’avèrent souvent, de surcroit, révélatrices des substrats idéologiques des locuteurs. Celle utilisée par François Fillon, dans son appel à « libérer l’économie » s’appuie sur la doxa libérale dans laquelle le parti politique Les Républicains se place. En effet, selon Alice Krieg-Planque, « il est dans la cohérence d’un parti que de donner pour évidentes des thèses dans lesquelles effectivement ses sympathisants et militants se reconnaitront »[5]. Le présupposé utilisé par François Fillon confirme cette idée, puisque la référence à l’idéologie libérale dans ses propositions économiques permet un renvoi à une idéologie ayant la faveur des militants et sympathisants. Cette idéologie du libéralisme est devenue un marqueur de séparation entre parti politique de droite et parti politique de gauche lors des élections présidentielles de 1981. François Mitterrand, alors candidat de l’union des partis de gauche, avait fait du rejet du libéralisme et du capitalisme un thème majeur de la campagne. Comme le souligne René Rémond[6], « François Mitterrand avait entendu donner à sa candidature la signification d’une rupture irréversible avec le capitalisme ». Cette catégorisation mise en place par François Mitterrand a conduit à ce que toute personnalité de droite devienne nécessairement libérale, par opposition aux personnalités politiques de gauche. Cependant, la droite libérale n’est que l’un des courants idéologiques présent dans la famille de Droite, se distinguant alors de la droite gaulliste et de la droite contrerévolutionnaire. Ces distinctions, pour René Rémond, « [concernent] le registre des idées : les pratiques, les comportements circonstanciels n’y sont pas toujours exactement fidèles »[7]. Cette idée de l’existence de plusieurs droites a également été reprise par Pierre Bourdieu[8], pour qui le mythe de la concurrence pure et parfaite a fondé le discours néolibéral devenu le marqueur idéologique d’une partie de la Droite française, partie de la droite dans laquelle s’inscrit François Fillon. De ce point de vue, et, puisque selon Alice Krieg-Planque, « les présuppositions d’un discours donnent parfois à voir ce qui forme la représentation du monde sous-jacente du locuteur »[9], il n’est pas étonnant que le candidat du parti Les Républicains appelle à « libérer l’économie ». François Fillon rejoint en cela d’autres acteurs du camp libéral, chez lesquels on observe des présupposés analogues, par exemple dans les appels récurrents du MEDEF à « libérer les énergies ».

 

Ainsi, le recours à plusieurs cadres d’analyse (sémiotique, analyse du discours, histoire des idées politiques…), nous permet de mieux comprendre comment une personnalité politique tout à la fois s’appuie sur un cadre de pensée préexistant et se met en scène, d’un point de vue narratif, pour présenter sa démarche sous un jour à la fois cohérent et favorable. Dans le cas présent, dans le programme présidentiel de François Fillon, l’appel à « la libération de l’économie » s’appuie sur un certain nombre d’impensés caractéristiques de la doxa libérale qui présupposent que l’économie serait « entravée » et sur un schéma narratif qui donne à voir François Fillon comme un présidentiable crédible et salutaire. Les discours, ici comme dans bien d’autres cas dont nous pourrions faire l’étude, s’avèrent être de puissants leviers pour l’action politique, pour son étayage, et pour sa justification.

Clément Lebourg


[1] Voir par exemple « Lutte Ouvrière dans la campagne présidentielle », Lutte de classe, n°178, septembre-octobre 2016. En ligne : http://mensuel.lutte-ouvriere.org/2016/09/17/lutte-ouvriere-dans-la-campagne-presidentielle_70740.html

[2] Profession de foi de Jean-Luc Mélenchon, disponible sur le site web de la CNCCFP (Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques) : http://www.cnccep.fr/les-candidats/melenchon.pdf

[3] Thierry Guilbert, L’évidence du discours néolibéral. Analyse dans la presse écrite, Editions Le Croquant, coll. Savoir / Agir, 2011, 133 p.

[4] Jean-Marie Floch, Sémiotique, Marketing et Communication. Chap. « Le refus de l’euphorie », Presses Universitaires de France, coll. Formes sémiotiques, 1990.

[5] Alice Krieg-Planque, Analyser les discours institutionnels, Armand Colin, 2012, 217 p. ; p. 141.

[6] René Rémond, Les droites aujourd’hui, Seuil, coll. « Points », 2005, 271 p. ; p. 62.

[7] René Rémond, op. cit., p. 158.

[8] Pierre Bourdieu, « L’essence du néolibéralisme », Le Monde diplomatique, 1998, n°3 ; p. 3.

[9] Alice Krieg-Planque, op. cit., p. 142.