La participation politique en ligne : renouvellement ou continuité de la participation citoyenne ?

Publié le lundi - 18 janvier 2016

couverture1La participation des citoyens aux négociations, à la décision et aux débats publics est l’une des transformations majeures des démocraties occidentales de ces dernières décennies. L’outil numérique s’est, par ailleurs, imposé comme vecteur d’ouverture de la démocratie représentative à la participation accrue des citoyens, au point de voir émerger une forme « d’impératif de participation » au sein de certains partis politiques. La question du rôle des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) dans le renouvellement des formes de démocratie et de participation citoyenne est, donc, un enjeu majeur dans le champ académique. Cette problématique est au cœur du numéro 8, paru en 2014, de la revue Participations qui s’intéresse aux pratiques de participation à travers le numérique. Co-dirigé par Stéphanie Wojcik et Laurence Monnoyer-Smith, ce numéro propose de sortir du cadre classique d’analyse des effets du numérique sur le politique, pour proposer une approche par l’appréhension des spécificités des nouvelles pratiques de participation en ligne face aux pratiques de participation traditionnelles. L’ensemble des auteurs contribuant au dossier placent, ainsi, leurs recherches dans le courant interdisciplinaire en sciences sociales proches des Science and Technology Studies (STS) apparues dans les années 1960.

Par Gauthier AUVERLO, Cédric MESINELE & Camelia PETER

Le dossier, composé d’un article introductif et de quatre contributions, a le mérite de varier les approches et les points de vue pour offrir un large panorama du renouvellement de la participation politique par le numérique. Si la majorité des contributeurs sont issus des sciences de l’information et de la communication, on observe, en effet, une grande diversité des méthodes utilisées dans les enquêtes restituées dans les différents articles. Entretiens ethnographiques, observations, étude de corpus, étude de cas : la diversité et la richesse des outils mobilisés permettent de couvrir une large définition des formes que peut prendre la participation politique (de l’engagement dans un parti à l’énonciation d’une opinion sur les réseaux sociaux).

Au sein de ce dossier, la participation est, en effet, étudiée, dans une acception assez large, acception notamment défendue par Laurence Monnoyer-Smith (l’une des coordinatrice du dossier). Elle estime, en effet, que la participation peut être considérée comme « toute forme de médiation dans la société numérique »[1], défendant par la même occasion le développement d’une « culture numérique ». Cette définition s’oppose à une vision plus restreinte de la participation, défendue notamment par Verba et Nie[2], et qui renvoie à toutes les activités permettant l’implication directe du citoyen dans la sélection du personnel politique ou dans la prise de décision politique. Cet article introductif permet de faire un point sur la littérature existante au sujet de la participation en ligne et de situer la réflexion dans la perspective d’un impact important du numérique sur ces pratiques.

Les opinions des divers auteurs du dossier semblent, pourtant, diverger sur ce point. A la manière de Pippa Norris[3], qui considère qu’Internet permet la mobilisation d’une plus grande partie de la population, Laurence Monnoyer-Smith accorde un rôle majeur aux outils de participation en ligne dans l’engouement de la population pour le politique. Cependant, les contributeurs au dossier viennent tous nuancer l’idée d’une « révolution numérique » à travers leur enquête. Cela place leur réflexion dans la lignée des auteurs qui ont travaillé sur la théorie de la « normalisation » tels que David Resnik et Michael Margolis, auteurs de l’ouvrage Politics as usual[4], pour qui le potentiel « révolutionnaire » des outils numérique est à minorer.

Ainsi, l’article de Julien Boyadjian, sur l’analyse des opinions politiques sur Twitter, met en lumière le fait que l’intérêt pour la politique hors ligne ne se traduit pas par une activité importante en ligne sur ce sujet. En proposant une méthodologie « hybride – mêlant observation et questionnement » permettant de situer socialement et politiquement les personnes interrogées, il montre que ce n’est pas l’outil qui intensifie la participation politique mais le degré de politisation des personnes interrogées dans la sphère off-line. De ce fait, un intérêt pour la politique hors ligne est à l’origine de la participation en ligne par l’énonciation d’une opinion, et c’est lui qui conditionne donc la participation en ligne.

Ce constat se retrouve dans la contribution de N. Baygert sur le Tea Party et le Parti Pirate. L’auteur montre, en effet, que la participation en ligne permet aux militants de ces partis de se constituer en groupes distincts et de coordonner leurs actions et leur participation politique hors ligne. Cependant, le numérique ne révolutionne pas le fonctionnement réel du parti : s’il a permis à ces militants de se constituer en groupe, le groupe en lui-même reprend ensuite les codes classiques de la participation politique en essayant de présenter un programme politique et de participer aux élections.

De la même manière, l’article de Clément Mabi et Anais Theviot vient confirmer que, loin de révolutionner les pratiques politiques, les outils numériques permettent une continuité et une adaptation des pratiques déjà existantes dans la réalité sociale. Leur étude sur le porte-à-porte mis en place durant la campagne de François Hollande en 2012 démontre que le numérique n’a qu’un rôle « accessoire » permettant la rationalisation et la coordination des pratiques traditionnelles des militants socialistes. Au delà de cette idée, cette contribution met aussi en valeur le fait que le numérique subit aussi quelques logiques d’opposition des acteurs qui s’en saisissent. Ainsi, leur enquête montre que les militants traditionnels du parti ont adapté l’outil numérique à leur propre conception du militantisme, ce qui a limité les effets de son usage.

De ce fait, la participation, tant hors ligne qu’en ligne, adopte l’aspect et le cadre que les dirigeants décident de lui donner. Ce cadre fixe les possibilités et les modalités de la participation en définissant le support et le circuit que celle-ci empruntera pour toucher ses cibles. Ce constat est repris dans la contribution de Romain Badouard sur l’espace numérique. L’auteur s’est intéressé aux mécanismes de création de la participation politique en ligne du point de vue du design des sites, à entendre comme l’organisation qui sous-tend l’arborescence des sites, leur organisation, intégrant le background et le résultat final, qui est la vitrine du site pour l’utilisateur. A partir de son enquête, Romain Badouard montre que, si la participation en ligne s’intègre dans un cadre fixé par les dirigeants, les utilisateurs, par les usages qu’ils font des outils de participation, réussissent à dépasser ce cadre. L’appropriation du dispositif technique par les internautes permet une évolution du cadre initial fixé par les dirigeants. La réalité de la participation en ligne se trouve, donc, à la conjonction de ce cadre initial fixé par les dirigeants et des pratiques adoptées et de l’appropriation du dispositif par les internautes.

Il semble, dès lors, difficile de parler de la participation en ligne sans évoquer la participation hors ligne et les changements ou compléments que la première apporte à la seconde. Les ouvrages du genre se sont évertués à nous prouver que le numérique apporte un renouvellement des pratiques, venant « bouleverser » ce qui existe déjà hors-ligne. Dans ce dossier, nous avons vu que la démarche des auteurs est autre et vient enrichir le débat en adoptant un point de vue qui donne à voir la participation en ligne comme la complémentarité de la participation hors-ligne. On se rend compte, dès lors, que la participation hors ligne et la participation en ligne, loin d’être deux activités cloisonnées, font l’objet d’échanges et peuvent être complémentaires dans un engagement et une participation politique globale du citoyen. Il nous est alors facile d’en conclure que participation en ligne et participation hors-ligne sont interdépendante l’une de l’autre d’une part, mais aussi que la participation en ligne est cadrée par les décideurs, qui pensent la stratégie et transmettent ensuite une ligne directrice aux webmasters, et ensuite, par les internautes qui la font vivre et en sont les cibles.

La lecture de ce dossier met, donc, en exergue la pluralité des points de vues sur la notion de participation en ligne. Cependant, l’ensemble des contributions laisse transparaitre une certaine limite de la notion même de « participation en ligne ». En effet, les conclusions des auteurs donnent à voir une vision différente de la participation, qui prend une définition variable et aléatoire. Cela influe sur la notion en elle-même de participation politique qui se dilue dans un ensemble de pratiques de plus en plus large. Les conclusions peuvent, dès lors, être différentes si l’on accepte une définition au sens large ou une définition au sens restreint de la participation politique.


 

[1] Monnoyer-Smith L., 2011, « La participation en ligne, révélateur d’une évolution des pratiques politiques ? », Participations, 2011/1, p.168.

[2] Verba S., Nie H., 1972, Participation in America : Political Democracy and Social Equality, New-York, Harper & Row.

[3] Norris P., 2000, A Virtuous Circle : Political Communications in Postindustrial Societes, Cambridge, Cambridge University Press.

[4] Resnick D., Margolis M., 2000, Politics as usual. The Cyberspace « Revolution », Londres, Sage.