couverture_0_0

Retour sur les évènements politiques de l’année 2014

Publié le mardi - 3 mars 2015

2015 a démarré tragiquement avec les attentats de Paris, faisant presque oublier l’actualité riche et polémique qui a marqué 2014. A l’heure des bilans annuels, nous pouvons nous demander ce que nous retenons vraiment de 2014. Voici notre sélection d’évènements politiques nationaux et internationaux choisis pour leur importante couverture médiatique et les nombreux commentaires qu’ils ont suscités. 

Cet article ne reprend pas tous les évènements de 2014, comme la disparition du vol MH370 de Malaisie, ou encore l’épidémie d’Ebola en Afrique, ni la Coupe du Monde de Football au Brésil. C’est avant tout un décryptage de l’actualité 2014 du point de vue de problématiques politiques, électorales et publiques. En effet, les évènements sélectionnés relèvent de thématiques nationales et internationales, ayant une relation étroite, avec la communication politique et publique. De fait, nous pensons que ces évènements trouvent particulièrement leur place au sein du blog Avril 21. 

Ainsi, différents évènements se retrouvent au sein de notre rétrospective, qui rappellera notamment les différentes polémiques concernant le gouvernement français lors des deux remaniements, la percée du Front National aux élections municipales et européennes, ou encore des relations internationales problématiques telles que la forte présence d’une coalition internationale contre le terrorisme.

Janvier :

  • Affaire Hollande – Gayet (1) 

Le 10 janvier 2014 : le journal people Closer, révèle en Une la liaison secrète du Président François Hollande avec l’actrice Julie Gayet.

Le titre du magazine « L’amour secret du président », ainsi que plusieurs photos révèlent leur relation, le  Président de la République est en couverture de la presse people, exposant sa vie privée au grand public.

Un grand nombre de journaux et de magazines français comme étrangers s’emparent de cette affaire, oubliant presque alors les questions politiques, économiques ou encore internationales : la liaison du Président de la République française fait le tour du monde.

Mais les réactions de François Hollande et des politiques de tout bord, s’accordent sur le point du respect de la vie privée, le Président déplore « profondément les atteintes au respect de la vie privée auquel il a droit comme tout citoyen » (2).

Février :

  • Polémique autour des JO de Sotchi, début des affrontements en Ukraine

Du 7 au 23 Février 2014 ont eu lieu les Jeux Olympiques d’Hiver à Sotchi en Russie, sur fond de polémiques politiques, écologiques et du respect des droits de l’Homme (3) : travaux pharaoniques, infrastructures sportives qui ne seront plus utilisées après la fin de la compétition, dégradation de la nature dans cette ville balnéaire, ou encore soupçons et accusations de corruption.

Les JO de Sotchi ont aussi connu l’appel au boycott de la cérémonie d’ouverture par de grands dirigeants comme Barack Obama, Angela Merkel, François Hollande ou encore David Cameron (4) : après l’adoption d’une loi russe interdisant « la propagande homosexuelle » en juin 2013, plusieurs chefs d’Etat ont décidé de ne pas participer à l’ouverture de cette compétition, préférant envoyer leur Ministre des sports afin de représenter leur délégation. Si certains ont allégué des « problèmes d’emplois du temps », Barack Obama, lui, a annoncé clairement qu’il ne se « plierait pas à la discrimination » (5).

Les Jeux Olympiques ont pris enfin un autre tournant, à la fin de la compétition, à travers le boycott et le départ précipité de plusieurs athlètes ukrainiens : la crise ukrainienne (6) prend une ampleur importante à partir du 18 Février, le Parlement qui s’est réuni ne parle toujours pas d’un changement de constitution demandé par les Ukrainiens, et de violents affrontements éclatent, faisant plusieurs victimes. Durant trois jours, Kiev se transforme en un véritable champ de bataille, et « après des heures de négociations, le pouvoir et l’opposition trouvent, vendredi 21 février, un accord répondant aux principales exigences des manifestants » (7).

Le Président Ianoukovitch s’enfuit pour la Russie, dénonçant un coup d’état dans son pays.

Mars :

  • La crise de Crimée entre Ukraine et Russie

Suite aux altercations entre prorusses et pro-européens, la région de Crimée, ne reconnaissant pas les nouvelles autorités politiques de Kiev, organise un référendum sur son rattachement à la Russie. Le 16 mars, lors d’un référendum « organisé dans la péninsule ukrainienne avec le soutien diplomatique et armé de Moscou,  96,77% des votants se sont dits favorables au rattachement à la Russie, avec une participation officielle de 86%, selon les résultats officiels » (8).

Ce référendum, qui n’est reconnu ni par le droit ukrainien ni par la communauté internationale a pourtant eu comme conséquence un rattachement à la Russie.

  •  Municipales, percée du FN

Les municipales de 2014 en France mettent en avant une percée sans précédent du Front National. Une dizaine de villes sont gagnées par le FN : Fréjus, le 7ème secteur de Marseille, Béziers, Villers-Cotterêts, Hénin-Beaumont… De plus, pour la gauche c’est une hécatombe : 151 villes perdues de plus de 10 000 habitants, alors que la droite en gagne 142.

Une sanction sévère pour le gouvernement, tandis qu’une abstention de 36% est enregistrée au second tour : un record pour les élections municipales sous la Ve République. Ces élections mettent en avant le mécontentement des citoyens vis à vis des politiques et permettent au Front National de devenir le 3ème parti politique de la France.

Avril :

  • Démission du gouvernement Ayrault 

Les résultats catastrophiques de la gauche, frappée par un vote sanction et une abstention record, laissaient présager une démission du gouvernement Ayrault. Au lendemain des élections municipales, la démission de Jean-Marc Ayrault est acceptée par le Président de la République, et Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, est nommé Premier Ministre.

  • Enlèvement de 230 lycéennes au Nigéria par Boko Haram

Entre 200 et 300 lycéennes sont enlevées en avril par le groupe islamiste à Chibok dans le nord-est du Nigéria. Boko Haram promettait alors de les vendre ou de les marier. La communauté internationale a réagi de plusieurs manières, tout d’abord par un soutien des services de renseignements des pays occidentaux ; et aussi par la création d’un mouvement « Bring Back Our Girls » initié par Michelle Obama.

Des puissances étrangères comme la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, la Chine ou encore la France sont venues en aide au Nigéria, et les jeunes filles ont pu être localisées vers la forêt de Sambisa. La question que l’on se pose maintenant est de savoir pourquoi ces jeunes filles n’ont toujours pas été libérées : les puissances occidentales accusent les Nigérians de refuser de coopérer. Aujourd’hui, ces lycéennes ne sont plus les seules a avoir été enlevées, il y aurait plus de 300 femmes et enfants disparus après des attaques de villages par Boko Haram, qui continue à semer la terreur dans la région.

article-2624714-1DA89BCE00000578-877_634x414

Mai :

  • Elections parlementaires de l’Union Européenne : les partis anti européens en tête dans de nombreux pays.

Du 22 au 25 Mai, les citoyens des 28 pays de l’Union européenne étaient invités à voter pour leurs députés au Parlement européen. Pour la 1re fois, le nombre d’élus diminue, passant de 766 à 751 députés, suite au traité de Lisbonne. De plus, ce sont les euro-députés qui votent pour le président du Parlement, afin que cette institution européenne soit plus démocratique. Martin Schulz, élu pour la première fois par les eurodéputés, est président du Parlement.

Progrès des eurosceptiques et fort taux d’abstention (dans les pays où le vote n’est pas obligatoire) : tels sont les enseignements majeurs du scrutin. Ainsi en France, on déplore un taux d’abstention à 56%, et le Front National arrive en tête dans ces élections.

La communication autour des élections européennes n’aura pas fait grand bruit, et le slogan (« cette fois c’est différent – Agir. Réagir. Influer »), pas permis de gagner beaucoup d’électeurs.

Juin :

  • La commémoration du Débarquement

Le 70e anniversaire du débarquement a été célébré le 6 juin 2014, notamment en France lors d’une cérémonie prestigieuse, où le président de la République a accueilli différents chefs d’Etats tels que Barack Obama, David Cameron, Angela Merkel, etc. La commémoration a été retransmise par les médias en direct, ce qui a permis une large couverture de l’évènement à l’échelle nationale, et internationale.

  • L’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL) s’empare de Mossoul et proclame un califat

Le 29 juin, l’EIIL annonce le rétablissement du califat, régime politique islamique disparu, ainsi que le changement de sa dénomination en « l’état islamique ».

Selon Charles Lister, chercheur associé à Brookings Doha, l’établissement de ce régime, dirigé par le calife Abou Bakr Al-Baghdadi, serait « le développement le plus important dans le djihad international depuis le 11 septembre » (9).

Juillet :

  • Affrontements à Gaza

Une nouvelle étape dans le conflit israélo-palestinien a débuté à Gaza le 7 juillet 2014, opposant l’Etat d’Israël aux forces paramilitaires palestiniennes dont le Hamas et le Jihad islamique. L’objectif des Israéliens serait de démanteler le groupement du Hamas en empêchant son réapprovisionnement, en s’en prenant à ses militants et à leurs infrastructures.

Depuis la mainmise du Hamas sur la bande de Gaza en 2007, les opérations militaires et affrontements se multiplient entre la Palestine et l’Israël. Cette nouvelle opération « Bordure protectrice » de juillet 2014, achève de durcir le conflit, déjà marqué en 2008 par l’opération « Plomb durci » et en 2012 par l’opération « Pilier de défense ».

Août :

  • Un gouvernement Valls II

Le lundi 25 août, Manuel Valls annonce un remaniement ministériel : l’ancien ministre Arnaud Montebourg aurait franchi la veille « une ligne jaune », avec des propos critiques contre la ligne économique gouvernementale. Précédemment, Montebourg avait réalisé avec le journal Le Monde une interview très commentée : l’ancien ministre de l’Economie proposait en effet une « inflexion majeure de notre politique économique » (10).

Les nouveaux entrants dans ce gouvernement Valls II sont Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, ainsi que Patrick Kanner, ministre de la Ville et la Jeunesse des Sports.

Septembre :

  • Non à l’indépendance de l’Ecosse

Le 18 septembre, les Ecossais ont pu s’exprimer, lors d’un référendum, sur leur volonté de voir se réaliser une indépendance écossaise : et c’est le « no » qui arrive en tête, avec 55.3% (contre 45% pour le « yes »).

Ce référendum historique a été revendiqué par le Scottish National Party (SNP), dont le leader, Alex Salmond, est le first minister d’Ecosse, comme un acte historique, par son caractère inédit et par l’élan et le débat qu’il a pu susciter, ce qui a permis un faible taux d’abstention : 15.4% (11).

Non.ecossais.David.Cheskin.AP

  • Le « comm’back » de Nicolas Sarkozy… sur Facebook

Le vendredi 19 septembre, l’ancien président de la République officialise son retour en politique sur le réseau social facebook, en annonçant : « je suis candidat à la présidence de ma famille politique ». Ce choix de communication, et de support de diffusion, n’est pas anodin et mise sur le caractère viral des réseaux sociaux, tout en atteignant une cible plus jeune et « connectée ».

  • Assassinats par l’Etat Islamique

Après plusieurs semaines de menaces adressées à la France afin qu’elle cesse ses frappes contre Daech, l’EI exécute le randonneur français Hervé Gourdel. Le même mois, les djihadistes de l’EI ont également revendiqué l’exécution par décapitation du journaliste américain, Steven Sotloff, présentant la même mise en scène, le même procédé, déjà tourné en vidéo et diffusé le 19 août, où un premier journaliste a été décapité : James Foley. Ces exécutions se sont poursuivies dans une nouvelle vidéo représentant la décapitation de l’otage britannique David Haines, un humanitaire enlevé en mars 2013. Ces vidéos ont suscité l’horreur et l’indignation dans les pays occidentaux et particulièrement pour les pays touchés par les abominables attaques de l’EI.

Octobre : 

  • Elections présidentielles au Brésil

Les élections présidentielles au Brésil se sont tenues les 5 et 26 octobre 2014. La présidente sortante, Dilma Rousseff, du Parti des travailleurs, l’emporte avec 51,64% des voix, et entame un deuxième mandat de quatre ans, réélue face à Aécio Neves, du Parti de la Social-Démocratie Brésilienne, qui a obtenu 48.4% des voix au second tour. Dilma Roussef annonce ses principaux projets : réforme des institutions, relance de l’économie, et une lutte intensive contre la corruption (12).

AP

Novembre :

  • Midterms au Etats-Unis (13)

Le mois de novembre 2014 a été ponctué d’évènements électoraux aux Etats-Unis, avec les élections législatives et sénatoriales. Le gouvernement américain a vu les Républicains reprendre le contrôle du Sénat lors de ces élections de mi-mandat avec un renouvellement de 52 des 100 sièges du Sénat. Les Républicains ont par ailleurs conservé le contrôle de la Chambre des représentants, s’assurant ainsi d’une certaine mainmise sur le Congrès des Etats-Unis.

  • L’affaire Jouyet – Fillon (14)

Suite à l’annonce du retour de Nicolas Sarkozy sur la scène politique, François Fillon est accusé d’avoir demandé à François Hollande d’accélérer les procédures judiciaires contre l’ancien président de la République. Les propos de l’ancien premier ministre auraient été tenus lors d’un déjeuner avec Jean-Pierre Jouyet, révélés par le livre Sarko s’est tuer, écrit par deux journalistes du Monde : Gérard Davet et Fabrice Lhomme. Ainsi commence une affaire aux nombreux rebondissements. En effet, dans un premier temps, les deux hommes politiques concernés démentent les dires. Cependant, un extrait d’une interview enregistrée a dévoilé des propos de M. Jouyet confirmant la démarche de François Fillon : « il m’a dit : « faut aller vite » ». Jean-Pierre Jouyet modifie alors sa version des faits en admettant dans un communiqué que « François Fillon lui a fait part de sa grave préoccupation concernant l’affaire Bygmalion ». De son côté, M. Fillon dépose une plainte contre le journal, les deux journalistes et M. Jouyet (15).

Suite à ces rétractations, nous pouvons nous demander si cette affaire ne pourrait pas également révéler une certaine mainmise de l’Etat sur les affaires judiciaires concernant Nicolas Sarkozy ?

  •  La ville de Grenoble sans publicités urbaines

Le mois de novembre 2014 a également été marqué par la décision de la ville de Grenoble de ne pas reconduire son contrat de panneaux publicitaires dans l’espace public avec l’entreprise JC Decaux. Ce choix politique fort va permettre de remplacer ces panneaux de publicité par des espaces verts et favoriser la publication d’expression libre. Cette décision met particulièrement en débat le modèle économique de la ville ainsi que la réappropriation de l’espace public par les habitants de Grenoble.

  • Election à la présidence de l’UMP

Suite au retour en politique de Nicolas Sarkozy en octobre 2014, annonçant sa candidature à la présidence de sa famille politique sur le réseau social Facebook, le candidat accède à la présidence de l’Union pour un Mouvement Populaire (UMP) le 29 novembre 2014. Dix ans après sa première élection, Nicolas Sarkozy est élu avec 64.5%  des suffrages, devançant Bruno le Maire (29,18%) et Hervé Mariton (6,32%).

Décembre :

  • Rapprochement entre les Etats-Unis et Cuba

Le mercredi 17 décembre, le président Barack Obama a annoncé des discussions avec Cuba sur une normalisation des relations diplomatiques. Ces relations étant rompues depuis 1962, le président cubain Raul Castro a demandé la levée de l’embargo en vigueur depuis 1962. Ce rapprochement aurait d’importantes conséquences sur les plans diplomatiques, économiques, mais aussi commerciaux : sont en cause notamment l’immigration, la lutte contre le trafic de drogue et d’êtres humains, ou encore la protection de l’environnement.

Clémentine Palestro et Isaline Collet

Crédits Photos : 

AFP/ Thomas Coex I David Cheskin/AP I ©AP

(1) http://lecarnetpolitique.com/2014/02/12/les-politiques-sont-ils-devenus-des-peoples/

(2) http://www.huffingtonpost.fr/2014/01/10/liaison-hollande-reactions-politiques-faveur-droit-vie-privee_n_4573244.html

(3) http://www.huffingtonpost.fr/2014/02/06/sotchi-2014-jo-hiver-controverse_n_4721557.html

(4) http://www.lefigaro.fr/international/2014/02/07/01003-20140207ARTFIG00159-sotchi-les-pays-mettent-en-scene-leur-desapprobation.php

(5) http://www.lefigaro.fr/international/2014/02/07/01003-20140207ARTFIG00159-sotchi-les-pays-mettent-en-scene-leur-desapprobation.php

(6) http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/03/07/ukraine-chronologie-des-evenements_4378464_3232.html

(7) http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/02/21/ukraine-des-premieres-manifestations-au-compromis-fragile_4371411_3214.html

(8) http://www.liberation.fr/monde/2014/03/17/le-resultat-du-referendum-en-crimee-est-il-plausible_987757

(9) http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/06/29/l-eiil-proclame-l-etablissement-d-un-califat-islamique-et-change-de-nom_4447568_3218.html

(10) http://www.lexpress.fr/actualite/politique/montebourg-a-propose-a-hollande-et-valls-une-inflexion-majeure-de-la-politique-economique_1570097.html

(11) http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/09/19/referendum-ecossais-les-cinq-raisons-du-non_4490978_3214.html

(12) http://www.lalibre.be/actu/international/bresil-dilma-rousseff-reelue-de-peu-promet-dialogue-et-changements-544d74843570fe7cfbf8a6d4

(13) http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20141105.OBS4086/midterms-les-republicains-s-emparent-du-senat-americain.html

(14) http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/11/09/tout-comprendre-a-l-affaire-jouyet-fillon_4520910_4355770.html#oRQS0mpkOb1vfj6j.99

(15) http://www.francetvinfo.fr/politique/affaire/affaire-jouyet-fillon/l-article-a-lire-pour-comprendre-l-affaire-jouyet-fillon_742493.html