La carte citoyenne de la Mairie de Paris

Publié le mercredi - 7 septembre 2016

La maire de Paris a souhaité défendre les valeurs républicaines et la citoyenneté suite aux attentats de janvier 2015. La carte citoyenne de Paris naît donc de cet objectif et vise à donner à tous les habitants de Paris, quels que soient leur âge et leur nationalité, le sentiment d’appartenance au territoire parisien.

Cependant, la Mairie de Paris a constaté au mois de mars 2015, une inégalité du nombre d’adhésions selon l’âge. Les moins de 24 ans sont les moins intéressés par cette initiative. Comment impliquer davantage ces jeunes?

Le benchmark et l’exploitation du dynamisme du tissu associatif et paramunicipal

Pour établir notre stratégie, nous avons commencé par effectuer un audit de la carte citoyenne en France et à l’international (Canada, Espagne, Portugal). Ensuite, nous avons réalisé un benchmark des offres proposées par les cartes citoyennes. La carte citoyenne du Portugal constitue une carte d’identité civile et fiscale, elle a aussi pour objectif de regrouper plusieurs domaines de l’identité du citoyen tel que le numéro de sécurité sociale. Celle de Madrid est plutôt une carte municipale pour les nécessiteux, les immigrés et les sans- papiers. Il s’agit d’un projet de grande ampleur pour les familles qui ont besoin d’aide sociale. Ainsi elle prévoit l’accès à des prestations sociales, juridiques et psychologiques aux personnes en situation précaire et à ceux qui ne détiennent pas la carte de résidence. Il ressort de cette étude que la carte citoyenne de Paris serait une carte civique, culturelle et associative.

Afin d’assurer une meilleure visibilité de ce projet auprès d’un public jeune et souvent précaire tel que les étudiants, il a été judicieux d’élaborer un partenariat avec le tissu associatif et paramunicipal œuvrant pour les jeunes.

Des acteurs importants pour la promotion de la carte citoyenne ont été recensés. Parmi ces acteurs, les  relais locaux, lors de nos rencontres, ont accueilli favorablement le projet de la carte citoyenne et se sont dits prêts à la promouvoir auprès des jeunes. De plus, ces relais locaux seraient en capacité de faire profiter les services de la Mairie de Paris d’une base de données jeunes.

Une élaboration de supports de communication et un enrichissement des offres

Le partenariat de la Mairie de Paris avec le tissu paramunicipal engage les relais locaux à informer et à communiquer sur le projet de la carte citoyenne au sein de leur structure.

La promotion de la carte citoyenne permettrait aux responsables et employés de ces structures de s’approprier le projet qui est souvent en lien avec leurs propres actions.  Lors de nos entretiens nous avons constaté que ces organismes ne pouvaient pas inciter les jeunes à adhérer à  la carte citoyenne. La méconnaissance du projet et l’absence de supports de communication étaient les principales limites.
Pour pallier à ces manques, nous avons élaboré divers supports de communication et une identité graphique de la carte à travers un logo.

Diversifier les offres rattachées à la carte citoyenne et accroître sa visibilité

La mise en place d’un partenariat avec les relais locaux permettra de proposer un panel d’offres plus attrayant pour les jeunes. Tels que des ateliers informatique, chant, danse et ciné club que proposent ces structures.

Les offres de la carte citoyenne doivent se diversifier car cette carte permet d’affirmer la citoyenneté et l’engagement. Nous avons proposé d’encourager par une reconnaissance symbolique ceux qui manifesteraient un intérêt pour les offres de la carte citoyenne.

Pour répondre à cette nécessité, plusieurs propositions ont donc été faites. Par exemple, les comptes des réseaux sociaux de la Mairie de Paris pourraient  être gérés durant une journée par une personne ayant la carte citoyenne et qui aurait été tirée au sort.

Recommandations structurelles pour la carte citoyenne

Plusieurs recommandations ont été émises telles que la personnalisation de la carte citoyenne lors de l’inscription sur le site internet afin que le citoyen puisse choisir ce qui l’intéresse en fonction de ses centres d’intérêt. De plus, il faudrait accroitre la visibilité des offres de la carte citoyenne via des outils numériques déja existants (quefaire.paris et jemengage.paris)

A noter que lors du projet, nous avons dû faire face à plusieurs difficultés comme le faible budget alloué et le caractère récent du projet qui est en phase d’harmonisation entre différents services municipaux.

Ce projet nous a permis de mieux connaître la municipalité de Paris, ainsi que les services paramunicipaux. Le projet de la carte citoyenne, très bénéfique,  nous a permis d’appréhender la problématique de la citoyenneté sous l’angle local. Participer au développement d’une initiative de la ville de Paris était un grand challenge pour nous.

carte-citoyenne