affiche conf421

« Comment dépasser les enjeux nationaux ? », Making of de la conférence

Publié le vendredi - 28 mars 2014

Le 9 avril prochain, la promotion 2014 du Master 1 de Communication Politique et Publique en France et en Europe de l’Université Paris Est Créteil (UPEC) organise une conférence-débat sur le thème de l’Union Européenne. L’organisation de cette conférence-débat s’inscrit dans le cadre du cours « Communication de l’Union européenne », au sein d’un second semestre résolument ouvert sur l’Europe. En effet, les étudiants ont soit la possibilité de prendre part à un séjour Erasmus, soit de bénéficier de cours, dispensés au département de communication, très largement consacrés à l’Union Européenne et à son fonctionnement. L’évènement aura lieu dans le cadre prestigieux du Bureau d’information pour la France du Parlement européen qui a l’obligeance de nous accueillir.

De plus, la conférence-débat fait intervenir les travaux de nos camarades du Master 2 qui dans le cadre du cours de Communication publique ont pu analyser diverses dimensions de la communication du Parlement et des candidats pour les élections européennes en mai prochain.

Pour l’organisation de cet évènement les quelques trente élèves de la promotion sont répartis en quatre groupes avec chacun des tâches bien précises à accomplir pour mettre sur pied la conférence aussi bien en terme logistique que de contenu, assurer sa visibilité médiatique et son bon déroulement le jour J.

Brainstorming du groupe 1 pour déterminer la problématique de la journée

Brainstorming du groupe 1 pour déterminer la problématique de la journée

Le groupe 1[1] est en charge de mener une réflexion sur la thématique de l’évènement afin de trouver le sujet précis qui animera la conférence. La seule contrainte donnée est celle de s’intéresser en particulier au Parlement Européen et à sa communication, année électorale oblige. De cette contrainte, le groupe entame ses recherches par le constat d’un abstentionnisme rencontré lors des suffrages européens qui avoisine les deux tiers des électeurs avec 54% en 2004[2] et 57% en 2009[3]. L’idée est alors  de s’interroger sur les raisons de cet abstentionnisme record. Plutôt que de s’intéresser à des considérations purement structurelles et juridiques, le groupe choisit plutôt la voie de la sociologie pour tenter de déterminer ce qui limite la participation afin d’étudier d’un point de vue communicationnel les remèdes envisageables. Il utilise alors notamment les travaux d’Olivier Rozenberg qui relève « la faible dimension européenne des campagnes, le succès des formations politiques nouvelles et/ou protestataires et l’insuccès des partis de gouvernement »[4].

La problématique qui sera débattue le 9 avril prend alors forme au fil des lectures et se finalise autour de la faculté de dépasser les considérations nationales au profit d’une élection qui se focaliserait uniquement sur des enjeux européens. La question est simple : « Comment dépasser les enjeux nationaux ? », mais promet des réflexions sur l’identité européenne, la place des partis politiques européens ou encore le rôle du Parlement européen et des médias nationaux.

Réunion de travail pour le groupe 2

Réunion de travail pour le groupe 2

Une fois le sujet défini c’est alors au groupe 2[5] de prendre le relai avec la mission de définir le programme de la journée, de choisir et contacter les différents intervenants et de s’occuper de l’ensemble de la partie logistique. La seule contrainte imposée est de faire figurer dans le programme l’intervention de la promotion de Master 2 qui analysera notamment les clips de campagne utilisés à l’occasion des élections européennes. En ce qui concerne les intervenants, la tâche est ardue avec la nécessité de déterminer précisément les profils recherchés mais aussi et surtout de trouver des personnes disponibles. La principale difficulté est alors de faire venir un acteur du monde politique et un fonctionnaire du Parlement européen. Après des dizaines de mails envoyés, les intervenants seront finalement les suivants : Maud Labat, chef de service du département Communication, Partenaires et Réseaux du Bureau de la représentation de la Commission européenne en France, Constance Le Grip, eurodéputée UMP en Ile-de-France, Florent Le Montagner, conseiller de Jaume Duch, porte-parole du Parlement européen et directeur des médias, Michaël Malherbe, fondateur du blog http://www.lacomeuropeenne.fr , Fabrice Pozzoli-Montenay, journaliste spécialiste des questions européennes et économiques ainsi que secrétaire général de l’Association des Journalistes Européens (AJE) et Olivier Rozenberg, politiste chargé de recherche au Centre d’Etudes Européennes (CEE) de Sciences-Po et secrétaire général du GEVIPAR[6].

Quant au programme, l’obstacle de taille est de parvenir à mettre sur pied une conférence assez longue pour aborder les sujets en profondeur mais aussi pas trop longue pour captiver l’auditoire en permanence. Concernant l’intervention des M2, le groupe 2 a finalement opté pour une division de la présentation en trois parties de 20 minutes chacune afin d’apporter plus de rythme à la conférence.

Finalement, tous se sont mis d’accord sur le programme suivant :

14h-14h15
Introduction du Madame Catherine Burckel, responsable du Centre Documentation du Bureau d’Information

14h15-14h35
Traitement des élections européennes de 2009 et 2014 dans la presse quotidienne nationale en France par les étudiants du M2

14h35-15h15
Intervention des invités, questions et réactions

15h15-15h45
Analyse de la communication institutionnelle du Parlement européen autour des élections européennes de 2009 et 2014 par les étudiants du M2

15h45-16h15
Intervention des invités, questions et réactions

16h15-16h30
Pause

16h30-16h50
Analyse de la communication électorale des candidats français aux élections européennes de 2014 par les étudiants du M2

16h50-17h30
Intervention des invités, questions et réactions

17h30-18h
Echange avec le public, questions et réponses

Le rôle du groupe 2 consiste également en l’organisation d’un moment convivial avec les intervenants et les participants ; une pause-café est donc prévue au mileu de l’après-midi. Pour l’organiser, les élèves doivent composer avec les règles des marchés publics, étant évidemment contraints de traiter avec le prestataire attitré de l’université. Après plusieurs devis réalisés, les prix demandés semblent trop importants et le groupe cherche alors les moyens d’abaisser la facture sans pour autant entraver la quantité et la qualité de la prestation.

Le groupe 3 se concerte quant à la création de l’affiche

Le groupe 3 se concerte quant à la création de l’affiche

L’action du groupe 3[7] concerne la conception des supports graphiques et les relations presse. Le groupe était alors chargé de réaliser l’affiche de l’évènement avec sa déclinaison en bannière pour les réseaux sociaux et cartons d’invitation, mais aussi de rédiger le dossier de presse de l’évènement pour en assurer la promotion. En ce qui concerne l’affiche, les membres du groupe ont choisi une approche individuelle dans laquelle chacun confectionnait une affiche puis la soumettait aux autres membres pour prendre leur avis et réaliser les améliorations éventuelles. Cinq ébauches sont alors soumises au vote de l’ensemble des étudiants afin de déterminer le choix définitif. Les étudiants ont opté à la majorité pour une affiche respectant la charte graphique de l’université. Celle-ci présente la photo d’une urne qui correspond parfaitement au sujet de la conférence. Pour autant, chacun s’accorde sur le fait que la qualité de cette photographie n’est pas suffisante et que le cadrage ne correspond pas, une autre illustration est alors choisie pour figurer sur le support définitif.

Le groupe 3 souhaitait par ailleurs créer un logo pour le Master afin de de le faire figurer sur l’affiche comme organisateur de l’évènement et a alors fait quelques propositions devant la classe. Toutefois, la promotion s’est exprimée et a estimé que la création d’un nouveau logo aurait pour conséquence de rendre confuse l’identité visuelle du master. Il est alors décidé de faire figurer le logo du blog Avril 21 sur l’affiche qui représentera notre promotion en étant la vitrine sur Internet.

Répartition des tâches entre les membres du groupe 4

Répartition des tâches entre les membres du groupe 4

Le rôle du groupe 4[8] est d’assurer le bon déroulement de la conférence-débat le jour J et d’en assurer la promotion sur les réseaux sociaux et sur le blog http://avril21.eu/ avant, pendant et après l’évènement. Pour cela, les membres du groupe se sont entendus sur la réalisation d’un Live Tweet pendant l’évènement permettant les réactions de personnes extérieures, qui ne pourront pas être présentes dans la salle. Ce Live Tweet sera réalisé grâce au hashtag #Conf421, reprenant ainsi l’identité du master. Un teasing a été lancé sur les comptes Twitter et Facebook de la promotion mais aussi sur le blog avec ce making of. Après l’évènement, le groupe réalisera un compte rendu officiel, un article pour le blog, un reportage photo de la journée ainsi qu’un reportage vidéo pour la web TV du master, Canal21. L’action du groupe 4 ne se limite pas à cette action presque journalistique : en effet, il sera la face visible du master le jour de l’évènement avec la lourde de tâche de prendre en charge les imprévus afin que la journée se déroule dans les meilleures conditions.

La conférence-débat intitulée « Elections Européennes : comment dépasser les enjeux nationaux ? », c’est le 9 avril prochain entre 14h et 18h30 au Bureau d’Information pour la France du Parlement européen (288 boulevard Saint-Germain, 75007 Paris). D’ici là, vous pouvez suivre l’actualité du Master et de la conférence sur le Facebook facebook.com/mastercom.upec, le Twitter @salle421 avec le hashtag #Conf421, mais aussi sur le blog http://avril21.eu/.

Affiche


[1] Cyrille Crespy, Laura Daniel, Alexandre Gaillard, Jérémy Herry, Stéphanie Le Maitre, Clémence Martin, Harmony Pondy Nyaga et Antoine Spaccesi

[2]http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Europeennes/elecresult__europeennes_2004/(path)/europeennes_2004/index.html

[3]http://www.interieur.gouv.fr/fr/Elections/Les-resultats/Europeennes/elecresult__europeennes_2009/(path)/europeennes_2009/FE.html

[4] Rozenberg Olivier, « L’influence du Parlement européen et l’indifférence de ses électeurs : une corrélation fallacieuse ? », Politique européenne, 2009/2 n° 28, p. 7-36

[5] Sofia Bahri, Aïcha Benhammou, Salomé Bies, Justine Boiramier, Elsa Duparay, Anne Edimo, Barbara Jurkiewicz, Timothée Larochette, et Zelda Martin

[6] Groupe d’étude sur la vie des institutions parlementaires : http://blogs.sciences-po.fr/recherche-parlement/

[7] Justine Audo, Jonathan Barbiaux, Océane Boisseau, Jonathan Boutonnet, Camélia Henry, Anna Lentzner, Vincent Niérat et Maroussia Simonin

[8] Halima Bahditbalde, Marion Baudier-Melon, Victor Bramsen, Théo Fatséas, Thomas Lhuillery, Jérémy Mazoyer, Margaux Paillardon et Maurane Violet

Crédits photos : Thomas Lhuillery