Une « omerta ahurissante » ? Le traitement journalistique des interventions policières mortelles en France
18 décembre 2019
Hong Kong 2019 : le cadrage médiatique des manifestations en France.
2 janvier 2020

« Féminicides » : la construction politique et médiatique d’un problème public

Le 3 septembre 2019, la une du quotidien Libération affiche en grand caractères rouges et noirs : « 100 féminicides depuis janvier. L’urgence »[1]. Deux jours auparavant, un riverain de Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes) découvre dans une rue du centre-ville le cadavre de Salomé, 21 ans, tuée par son mari, comme 99 femmes avant elle depuis le mois de janvier[2]. Hasard du calendrier politique, le 3 septembre marque aussi le lancement par le gouvernement du premier « Grenelle » contre les violences conjugales[3].

Aujourd’hui, il est rare qu’un cas de féminicide ne soit pas traité par les médias. Le quotidien Le Monde annonce au cours de l’été 2019 la création d’une « task-force » afin d’enquêter sur les 120 féminicides commis en 2018, dossier par dossier, afin « d’analyser en profondeur la situation en France, et contribuer à la prise de conscience de sa gravité »[4]. Si le sujet des violences faites aux femmes a aujourd’hui acquis un statut de problème public, ce qui n’était pas le cas jusqu’à une date récente, on peut se demander dans quelle mesure le travail des médias a été déterminant dans ce processus.  Un raisonnement de sens commun veut qu’un sujet traité en tant que problème public l’est en raison de sa gravité, de son ampleur et de ses répercussions objectives sur la société. Dans le cas des féminicides, cette gravité peut se mesurer statistiquement par le nombre de victimes. Or, le nombre de féminicides en France est constant depuis presque une décennie[5]. Ces meurtres perpétrés sur des femmes parce que femmes, ne sont pas plus nombreux aujourd’hui qu’en 2012. Ils sont cependant bien plus relayés par la presse en 2019 et, d’autre part, de plus en plus qualifiés de « féminicide », un terme qui s’est imposé récemment alors que le problème gagnait en visibilité médiatique et politique. Comme le souligne le sociologue Érik Neveu, n’importe quel fait social, indépendamment de son importance ou de sa non-importance, peut devenir un problème public s’il est « constitué par l’action volontaristede divers opérateurs (Presse, Mouvements sociaux, Partis, Lobbies, Intellectuels…) comme une situation problématique devant être mise en débat et recevoir des réponses en termes d’action publique (budgets, réglementation, répression…) »[6]. Le processus de mise à l’agenda (passage d’un problème du domaine privé au domaine public) favorise ce type de réponses. Cet article propose de réfléchir à la question de savoir dans quelle mesure la requalification de certains meurtres de femmes en « féminicides » a contribué à la mise à l’agenda du problème.

Féminicides, un terme qui met en avant la lutte contre les violences faites aux femmes

Jusqu’en 2017, la presse nationale française s’intéresse au sujet des féminicides en relayant des informations sur la situation d’autres pays. Le Mexique, l’Argentine, la Colombie, le Salvador, et d’autres pays d’Amérique latine sont mis en avant par la presse nationale française, en raison des nombreux crimes commis envers les femmes.

Popularisé par la sociologue américaine Diana Russel en 1976, ce terme ne fait toujours pas consensus aujourd’hui en France. Bien qu’inscrit dans le Petit Robert en 2015 comme un terme désignant « le meurtre d’une femme, d’une fille, en raison de son sexe », le mot n’est pas reconnu par l’Académie française et ne fait l’objet d’aucune reconnaissance en droit[7]. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit le féminicide comme « l’homicide volontaire de femmes », en en distinguant quatre formes. Selon l’OMS, 35% des féminicides seraient commis par un partenaire intime[8]. Au niveau européen, c’est le Conseil de l’Europe qui, en 2011, s’attaque au sujet en organisant la Convention d’Istanbul sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique. Sans parler de « féminicide », la convention reconnaît ces violences et aspire à « une Europe libre de violence à l’égard des femmes »[9].

Malgré ces initiatives, il faut attendre la révélation de plusieurs affaires au cours des deux dernières années, accompagnée par les différentes mobilisations associatives ou encore le mouvement #metoo, pour que ce terme s’impose dans le langage politique et journalistique. La presse nationale, les réseaux sociaux, ainsi que les personnalités politiques, notamment la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, Marlène Schiappa, s’emparent alors de la notion de « féminicide » qui devient l’expression consacrée pour ce type de crime.

37% des 97 articles [1] [2] de presse nationale généraliste utilisant le mot « féminicide » du 1er janvier au 18 octobre 2019 évoquent des faits divers[3] [4] , tandis que 21% s’attachent à aborder la notion de “féminicide” de manière plus générale, en cadrant le sujet par un retour historique ou une critique du mot utilisé pour qualifier ces meurtres. Ce dernier n’est en effet pas neutre puisqu’il renvoie à une identité de genre et « met l’accent sur le sexe et le genre des victimes, comme s’il s’agissait de la raison de leur mort tragique »[10]. Des événements importants sont relayés par les journaux, comme le « Grenelle » des violences conjugales, le centième féminicide ou encore les actions associatives. Enfin, la question de l’évolution de la loi apparaît à 12% dans la presse nationale. En effet, face à l’importance prise par cette thématique dans les domaines médiatiques, politiques mais aussi dans l’espace public, de nombreuses associations appellent à une reconnaissance juridique de ce néologisme. 

Lutte associative et fonctionnement du champ journalistique dans les luttes pour la visibilité

Les sujets pouvant obtenir le statut de problème public sont potentiellement infinis. Il est nécessaire pour les entrepreneurs d’une cause spécifique, comme les militant.e.s de la cause des femmes, d’imposer leur discours au sein de diverses arènes publiques afin d’obtenir l’attention et les moyens des pouvoirs publics. Selon le politiste Patrick Hassenteufel, « pour comprendre la publicisation d’un problème et sa mise sur agenda, il est nécessaire d’identifier les dynamiques facilitant sa prise en charge par des autorités publiques, qui, le plus souvent, se combinent. »[11]. Dans le cas des féminicides, nous retrouvons les dynamiques évoquées par l’auteur.

La première dynamique est celle de la mobilisation des associations, dont l’objectif est d’obtenir l’attention des médias et des politiques. Cette dynamique relative à la lutte contre les féminicides et les violences faites aux femmes existe depuis longtemps. En effet, dès 1968 les violences faites aux femmes sont un sujet abordé par le Mouvement de libération des femmes[12], mais il est peu entendu et peu couvert par les médias nationaux, il faudra attendre les années 1990 pour voir des articles qui s’emparent du sujet[13]. Les différentes associations organisent des mobilisations pour sensibiliser aux violences faites aux femmes. Le mot « féminicide » est aussi utilisé car il est évocateur pour la majorité des Français. Comme on nomme un meurtre d’un enfant un infanticide, l’utilisation du mot féminicide semble s’imposer comme une évidence.    

La deuxième dynamique est celle de la médiatisation. Le rôle des médias est capital pour publiciser le problème des féminicides.. En France, cette dynamique s’accélère à la suite de deux événements d’actualités qui mettent en lumière les violences subies par les femmes dans nos sociétés. Le premier est la condamnation de Jacqueline Sauvage, condamnée pour le meurtre de son mari violent, qui sera finalement graciée par F. Hollande suite à la mobilisation de nombreuses associations contre cette condamnation considérée comme injuste. Le second événement est le lancement de l’hashtag #metoo, apparu sur les réseaux sociaux en parallèle de l’affaire Weinstein, qui vise à libérer la parole des femmes concernant les harcèlements sexuels qu’elles subissent. Il y a ici une action volontariste de la part des médias nationaux, qui mettent sous le feu des projecteurs les violences faites aux femmes dans notre société. Ces deux sujets sont très exploités par les médias, notamment télévisuels, et contribuent à visibiliser les violences conjugales.

La dernière dynamique est celle de la politisation et de la mise sur agenda politique d’un problème. Cette mise sur agenda ne s’opère que dans des contextes bien spécifiques. Selon John Kingdon, il faut premièrement que le problème soit reconnu par les pouvoirs publics. C’est le cas des féminicides, pour lesquels différentes études ont montré leur importance et leur stabilité dans le temps. Il faut ensuite que des solutions soient disponibles. On pense notamment au Secrétariat d’Etat chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes, ainsi qu’aux lois récemment votées et aux dispositifs judiciaires existants. Enfin, il faut un contexte politique favorable à la cause. Emmanuel Macron ayant fait de la lutte contre les violences faites aux femmes la « grande cause du quinquennat » dès 2017 et les associations se mobilisant fortement sur le sujet, les féminicides, même s’ils ne sont pas toujours nommés ainsi, font désormais partie de l’agenda politique.

Malgré l’importance des luttes contre les violences faites aux femmes, le mot féminicide cherche encore sa place dans le lexique politique et médiatique. Critiqué et non reconnu juridiquement, ce terme est d’abord utilisé par les associations féministes, avant d’être repris par les médias pour finir dans les discours de certains représentants politiques. L’influence de ce mot dans la lutte contre les violences faites aux femmes peut être déterminante, car il les condense dans une formule dont une des vertus est d’être mnémotechnique. Le 25 novembre avait lieu la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Cette date a été retenue pour rappeler le triple meurtre des sœurs Mirabal en République Dominicaine, le 25 novembre 1960. Cette journée signait cette année en France la fin du Grenelle organisé par le gouvernement.

Julie SIEFRIDT, Coraline MUAIRON et Valentin MILITON (promo 2019-2020)


[1] LIBERATION, Une du 3 septembre 2019, n° 11896

[2] LE MONDE, « Rassemblement à Paris pour dénoncer « le 100e féminicide » de l’année », Le Monde, 1er septembre 2019.

[3] Le portail du gouvernement, Un Grenelle et des mesures fortes pour lutter contre les violences conjugales, 3 septembre 2019.

[4] BRONNER L, « L’enquête du ‘Monde’ sur les féminicides en France » , Le Monde, 30 août 2019.

[5] CORDIER S, « En France, le nombre des féminicides ne fléchit pas », Le Monde, 9 mars 2019.

[6] NEVEU E, « L’approche constructiviste des ’ problèmes publics’ . Un aperçu des travaux anglo-saxons », Études de communication n°22, 1999.

[7] FAURE J, « Féminicides : étymologie et définition d’un mot qui fait encore débat », LCI, 3 septembre 2019.

[8] Organisation Mondiale de la Santé, Comprendre et lutter contre la violence à l’égard des femmes, 2012.

[9] Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à ‘égard des femmes et la violence domestique, Istanbul, 2011.

[10] SASTRE P, « La qualification du crime », Le Point, 12 septembre 2019.

[11] HASSENTEUFEL P, « Les processus de mise sur agenda : sélection et construction des problèmes publics », Informations sociales, n°157, 2010.

[12] Communiqué du 3 juillet 2019 de l’Alliance des Femmes pour la Démocratie

[13] Recherche Europresse, dans la presse nationale généraliste, avec les mots clés “violence” et “femmes”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *