Archives mensuelles : mars 2016

#19mars : la salle 421 aux commandes des réseaux sociaux de l’Elysée

Par Rédaction M1 | mercredi 30 mars 2016

image3-1Samedi 19 Mars dernier, l’Elysée nous a confié son compte Twitter pour couvrir la journée nationale du souvenir Algérie-Maroc-Tunisie. La commémoration était placée sous le signe de la réconciliation. La “paix des mémoires” constituait l’enjeu principal de la cérémonie. Nos tweets devaient tenir compte de l’atmosphère particulière de la journée tout en apportant à l’Elysée les savoir-faire acquis dans la salle 421. Récit. Lire la suite

Les étudiants animent le compte @elysee

Par Les enseignants | samedi 19 mars 2016

Le 19 mars 2016, à l’occasion de la Journée nationale du Souvenir Algérie-Maroc-Tunisie, les comptes des réseaux sociaux de l’Elysée ont été confiés à quatre étudiants du Master 1 « Communication politique et publique ». Pierre Giambelluca, Marine Kerijaouen, Agathe Bonamour et Thomas Jaquemet ont ainsi la charge d’animer les Facebook, Twitter et Snapchat de la Présidence. Cette très belle expérience a été rendue possible par, au sein de la cellule communication de l’Elysée, Maxime Taillebois et Gaspard Gantzer. Qu’ils en soient vivement remerciés !

Au sein du département de communication, Pierre-Emmanuel Guigo a été l’initiateur d’une telle expérience qui a par ailleurs bénéficié des conseils avisés de Brigitte Sebbah et de la coordination efficace de Claire Oger.

Elysee

La dépolitisation de la presse : des apparences trompeuses ?

Par Culture Com' | jeudi 17 mars 2016

couv_3042.pngCompte rendu du dossier « Journalisme et dépolitisation », Savoir-Agir, numéro 28, juin 2014.

Par Théo Belloc, Hamza Bouali, Erwan David, Meidhy Galas

Le dossier du numéro 28 de la revue SavoirAgir – Journalisme et dépolitisation – contribue à expliquer les rapports entre le champ journalistique et le champ politique sous l’angle de la dépolitisation. La dépolitisation peut être définie comme « l’action de retirer tout caractère politique à quelque chose ou toute conscience politique à quelqu’un » selon le Larousse. Mais ce terme peut aussi être défini comme indifférence pour les enjeux a priori constitués comme politique. Il s’agit alors d’un phénomène généralisé touchant aussi bien les démocraties occidentales que d’autres régions du monde. Dans ce numéro de revue, les auteurs s’appliquent à analyser et à questionner l’évolution du traitement des faits sociaux par les journalistes, ainsi que la contribution des entreprises médiatiques à la dépolitisation des problèmes sociaux. C ‘est également le rapport et l’influence réciproque entre le champ médiatique et le champ politique qui est questionné sous l’angle de la dépolitisation. Ces deux champs répondent en effet à la même contrainte, celle de la « satisfaction du plus grand nombre ». Le dossier tire sa principale richesse des différentes acceptions du terme dépolitisation traité par les auteurs: certains vont l’étudier en prenant la définition que nous avons citée auparavant quand d’autres vont l’étudier en tant que soustraction à l’influence des idéologies. Comment expliquer la dépolitisation du journalisme ? Quels en sont les ressorts et les journalistes participent-ils d’une forme de dépolitisation ? Lire la suite

Aux origines de la (bonne) communication présidentielle

Par Mathieu Ouagazzal | mardi 8 mars 2016
Jacques Pilhan et Gérard Colé

Jacques Pilhan et Gérard Colé

A l’heure où chacun est libre de constater les impérities de la communication politique élyséenne, de Lucette à l’ile de Sein et dont le summum restera sûrement l’affaire « Léonarda », on est poussé à s’interroger sur la communication présidentielle en France. Quand est-elle née ? Avec qui ? Comment a-t-elle fonctionné ? Est-elle vouée à mécontenter les gens ? Nous allons nous pencher sur le point de bascule par lequel la communication de la Présidence de la République n’a plus été laissée au hasard mais organisée, quand la communication politique est devenue une discipline qui sert à structurer la gouvernance et à agir stratégiquement sur l’image du Président. Lire la suite