L’inconsciente jeunesse européenne à l’assaut du rêve d’Erasme
6 avril 2012
Ils sont fous ces Finnois : récit d'une élection présidentielle à la mode Finlandaise – 2nd tour
10 avril 2012

Journalisme et nouveaux médias : quels changements ?

Nous recevions le 28 mars dernier Steven JAMBOT, journaliste web à France 24. Spécialiste des NTIC, il est revenu sur la transformation du métier de journaliste qu’entraîne l’évolution des médias et notamment le rôle de plus en plus important des médias sociaux.
Interrogé sur les raisons de sa spécialisation dans le journalisme web, Steven JAMBOT l’explique au travers de ses expériences universitaires et autres projets qu’il a monté. Passionné de radio, il retrouve différents aspects qu’ont en commun ces deux médias : « L’écriture est courte et incisive et le rapport à l’audience est semblable. On fait passer des gens à l’antenne, on est très attentif à ce que dit l’audience. C’est un rapport à l’audience qui peut faire peur à certains journalistes, mais qui est sain. Il ne faut pas hésiter à être très transparent sur Internet et ne pas hésiter à être humble. »
Pour l’heure, aucun modèle économique n’a été trouvé pour l’information en ligne. Au vu de l’évolution des médias, les journalistes vont être amenés à se réinventer. Les budgets étant de moins en moins élevés, la question de la diversification des journalistes va se poser.
S. Jambot souligne toutefois que « le journaliste web n’entre pas en concurrence avec un journaliste classique ».
Il revient sur les difficultés pour les pigistes de pouvoir partir à l’international. S. Jambot, spécialisé notamment dans les actualités africaines, part, quant à lui, en reportage à l’étranger sur ses fonds propres. Ce n’est qu’une fois sur place qu’il contacte les rédactions web et leur propose ses articles. Aujourd’hui, en raison notamment des budgets serrés des rédactions, les jeunes  journalistes ont moins l’opportunité de faire leurs preuves.
 
Le web, un terrain d’avenir
Le journalisme connaît une période difficile. Le nombre de personnes détenant la carte de presse actuellement en diminution en est l’un des signes. Dans ce contexte, le web est avant tout pour S. Jambot, synonyme d’avenir. Il s’est lancé momentanément, en novembre 2011, dans une « aventure Internet » : newsring.fr, site de débats en ligne, où il était « orchestreur de débats en ligne ». Steven Jambot revient sur le cas du Plus du Nouvel Obs ou du Huffington Post, ces nouveaux sites participatifs qui font appel à des contributeurs et salue l’initiative de Benoit Raphaël qui s’est mis une partie de la profession à dos en lançant Le Post. « Je lui tire mon chapeau. Il a créé un truc qui n’existait pas et tout le monde a beaucoup appris de son expérience car, même si Le Post a fermé, il a été précurseur. ».
Il est, par ailleurs intéressant de constater qu’il y a de plus en plus de sectorisation dans le journalisme web, chose qui n’existait pas il y a trois, quatre ans. La France est ainsi très en avance sur certains outils comme les web documentaires, bien qu’El Pais et le Guardian fassent aussi de bonnes réalisations. De plus en plus de web documentaires institutionnels se développent, entraînant le développement d’entreprises de production spécialisées. Pour S. Jambot, il est important de spécialiser son contenu sur le web. En effet, plus on s’adresse à une audience large, moins on attire les annonceurs publicitaires. « A la différence des journaux, Internet est en inter-pénétration. Les gens vont butiner et aller sur différents sites d’information ».
 
Twitter, meilleur ami du nouveau journalisme
Twitter a permis à S. Jambot de se faire connaître dans les rédactions. Aujourd’hui, cet outil lui permet de faire de la veille sur les sujets qui l’intéressent, de rechercher des témoignages, d’interagir aussi avec ses lecteurs et la profession : « L’intérêt de Twitter c’est que c’est un réseau asymétrique, très simple d’utilisation. » Il peut permettre aux bloggeurs qui ne sont pas journalistes, d’attirer l’attention des politiques. Ce fut le cas de jeunes bloggeurs invités à Matignon par Dominique De Villepin. Sous l’excuse de la volonté de connaître ce phénomène (ici l’influence des blogs), c’est surtout un rendez-vous d’échange de bons procédés.
Selon S. Jambot, les journalistes n’entrent pas en concurrence directe avec les bloggeurs, ces derniers n’ayant pas forcément d’outils pour aller chercher leurs informations aussi loin que peuvent le faire les journalistes, ni pour vérifier précisément leurs données.
Cependant, on ressent une certaine amertume lorsqu’il évoque les formations de journalistes : « elles ne sont pas adaptées aux réseaux sociaux. La formation web dans certaines écoles en France, c’est écrire un billet de blog ! ». Une impression d’espoir naît en revanche grâce aux jeunes journalistes autodidactes utilisant Twitter pour accéder à des informations plus rapidement, d’autant plus qu’ « en voyant comment les jeunes utilisent les réseaux sociaux, les vieux commencent à en saisir l’intérêt ». Mais les plus jeunes journalistes peuvent parfois se montrer plus réticents à utiliser les réseaux sociaux, préférant prétendre à devenir de nouveaux « Albert Londres ».
 
Rapport entre journalistes et communicants : « Je t’aime moi non plus »
Steven Jambot définit le rapport entre communicants et journalistes comme un  « je t’aime moi non plus ». Il juge, toujours intéressant, en tant que communicant, d’avoir en plus d’une relation professionnelle avec le journaliste, une relation individuée. Il rappelle les principales bonnes pratiques pour bien se faire voir d’un pro de la plume : préférer l’avoir en ligne, que par mail ; insérer le communiqué de presse dans le corps du mail et ne pas oublier d’y indiquer en bas le numéro de téléphone fixe et portable.
Mais quand contacter un journaliste ? Aujourd‘hui encore,  beaucoup de communicants appellent les journalistes alors qu’ils sont en plein bouclage. « Il faut faire attention à cela ! Il faut être attentif au jour de parution, à l’heure de la conférence de rédaction. Si c’est un hebdomadaire, c’est bien d’appeler la veille de la conférence de rédaction. Il faut attendre le bon moment pour contacter les journalistes. En local, l’AFP est toujours le meilleur moyen pour diffuser une information capitale rapidement. » Il faut toujours bien veiller à cibler un journaliste susceptible d’être intéressé par le sujet du message. Il peut être, par ailleurs, plus judicieux de contacter un journaliste via Twitter.
Et de conclure que « Bad advertising, is advertising ». Tout en faisant bien sûr attention à ce que les critiques ne soient pas trop nombreuses, Steven Jambot aime à rappeler qu’une mauvaise communication, reste tout de même de la communication. Twitter illustre bien ce phénomène et ceux parmi les politiques qui ont su adopter l’outil s’en sont bien sortis. « Cécile Duflot joue parfois de ça sur Twitter. Partir en libre exercice presque improvisé sur Twitter permet parfois de gagner des followers. Mais les politiciens ont intérêt à être eux-mêmes, à montrer leur vrai visage, ce que fait très bien Eric Besson. Il se montre humain. » Attention tout de même aux dérapages, risque bien plus important sur Internet. Là où la TV et la radio pardonnent plus facilement les bourdes, la mémoire d’Internet est quasiment sans limite. Un risque que certains politiques sont pourtant prêts à prendre et qui reste la grande peur des communicants.
Le Twitter de Steven JAMBOT : @stevenjambot
 
Nicolas Daghero et Saïd Harbaoui,
avec l’aimable participation de Caroline Saisou

Redac
Redac
Compte de la rédac

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *